Les derniers écrits parus sur les blogs de Pierre C.J. Vaissiere

 
Vous êtes sur le blog 
«Ce que Pierre C.J. Vaissière écrira peut-être»
Cliquez sur un titre de blog pour ouvrir sa page d’accueil, ou sur un des titres d’article. 

00_ecrira_actif28/04 – Concours 2017 d’interprétation musicale
00_pas_regardants_inactif15/04 – Ressemblance
00_aurait_pu_inactif15/04 – Mon vote aux élections présidentielles
00_retour_chariot_inactif15/04 – Si j’avais…
00_brulot_inactif15/04 – Elections, droite de vote et vertu
Publié dans Uncategorized | Tagué , , , , ,

Concours d’interprétation musicale 2017

Les cliques et fanfares constituées, chacun a sorti son instrument et on a répété à tout va avant de se lancer. Une sacrée cacophonie, je vous dis. Avec l’ouverture de la chasse, c’est pas le magret qui aurait manqué, ni le canard au sang.
Il a fallu simplifier les partitions, retaper les instruments cabossés dont pas mal sortis des greniers où ils roupillaient depuis les années 40. Petit à petit ça a pris corps, comme on dit dans l’armée. Après, dans chaque formation, il a fallu qu’on tombe d’accord pour savoir qui serait le chef d’orchestre. Il y a bien eu quelques bagarres, mais on a fini par s’entendre, ce qui n’est pas si mal si on pense au ramdam que ça faisait pour s’accorder, si on peut parler d’accordage. Il faut être un crack pour sortir un vrai La à 440 hertz d’un diapason oxydé et tordu qui n’y connaît rien à la résilience. Quelques musiciens éclairés ont suggéré le bip du téléphone assurant qu’il joue un La impeccable, NF et breveté SGDG. Prétendant qu’ils avaient l’oreille absolue, d’autres ont imposé leur La, une note parfaite selon eux.
Puis les premiers morceaux ont fusé. Une merveille, selon les instrumentistes de chaque formation.
La date du concours venue, Orphéons, cliques, fanfares, formations plus ou moins étoffées sont partis en tournée sur les routes de France. Deux grands orchestres symphoniques se sont taillés la part du lion, faisant salles combles. Demi finalistes, ils mettront le titre suprême en jeu ultérieurement. Deux orchestres philharmoniques plus modestes ont manqué de peu leur place pour la finale réservée aux seuls deux premiers. Les plus petites formations ont été éliminées, les minuscules (dont une composée seulement d’un tambour et d’un clairon) n’ayant d’ailleurs pu jouer qu’en off, dans la rue, ceci expliquant peut-être qu’elles n’aient pu avoir accès au podium.

Astiqués les clairons, vernis les pipeaux et flûtiaux, plus ou moins réaccordés les violons, tendues les vieilles peaux des timbales, graissés les pistons des cornets, huilés les boutons de clés des saxos, hautbois, bassons et clarinettes, les deux prétendants à la victoire enchaînent répétitions sur répétitions le morceau qu’ils interprèteront, à savoir l’œuvre symphonique mondialement connue : Cause toujours, tu m’intéresses. La meilleure interprétation l’emportera, et c’est l’ensemble des mélomanes de France qui désignera le vainqueur. Nul doute que ce jury au goût sûr saura faire le bon choix.

Trompettes de la renommée embouchées, c’est le dimanche 7 mai 2017 que le vainqueur sera désigné et acclamé, et le vaincu conspué, comme il se doit.

Publié dans actualités, élections présidentielles, politique, Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ecrire c’est pas du gäteau

Écrire c’est pas du gäteau surtout lorsque la touche accent circonflexe tape tréma à sa guise. S’il n’y avait que ça, passe encore, mais non, il n’y a pas que ça, il y a le reste. Ou les restes, si on préfère, ceux de la mémoire. Je n’ai rien contre les gäteaux, mais ce n’est absolument pas cette pätisserie que je voulais citer, mais celle qu’on élabore en faisant une päte brisée ou sablée que l’on étend au rouleau à poils ras pour éviter les trumeaux grumeaux. On y dispose des lamelles ou des cubes de pommes, tout ce qu’on veut, ou des prunes si on n’a rien. Avec des clous ça fait aussi, mais ça raye les dents. Si la päte est trop brisée on peut toujours poser un plätre ou mettre des bouts de bois en guise d’attelles, mais il faudra penser à les enlever avant de servir. On met la pareille l’appareil dans la machine à cuire dont le nom m’a échappé peut-ëtre à cause que c’est toujours brülant, et on y cuit jusque ça nous dise que c’est cuit. Normalement ça fait comme un gazouilli d’oiseau de bon augure sauf si on a oublié de mettre la minuterie pour nous sortir de la sieste, la gueule enfarinée. Après on a plus qu’à y manger, si c’est mangeable. Des fois ça l’est tellement qu’un convive qui se shoote au sucre dévore tout, c’est malin !
Drölement dur d’écrire, d’autant plus si on n’a aucune idée de ce qu’on veut écrire parce qu’on l’a oublié en route en allant chez la marchande de fruits, une pipelette qui en profite sous prétexte qu’on ne pipe pas mot. Une vicieuse ! Je n’aurais rien contre le fait de piper mot si les mots me venaient, mais quand ils débarquent enfin il y en a tellement que je me mélange les pinceaux, faut voir le tableau ! Et avec le temps que je passe à les trier,  je me retrouve à faire cavalier seul, perdu dans un lourd silence où je m’enterre m’enferre à me taire.
C’est pas le plus dur, pour écrire, loin de là ; le plus dur c’est d’être au diapason avec ce qu’on a dans le coeur, d’autant si on nous a posé des raccords de tuyauterie à cause que les tuyaux sont percés ou écrasés suite à une histoire sentimentale qui a mal fini, c’est triste. « Des stents » on vient de me souffler, un truc que je déteste un peu à cause de l’haleine et beaucoup à cause qu’avec mes cheveux dans le cou ça chatouille. « Des endoprothèses, si tu préfères » me redit-on redondant, comme si je ne le savais pas. Toutefois je ne me rappelle absolument pas avoir appris ce qu’était un stent, pas plus que deux.
La mémoire joue des tours, certes, mais il y a pire pour ce qui est de la difficulté à écrire. Comme quand le marchand de crayons baisse le rideau de sa vitrine prétextant que son pote marchand de papier n’ayant plus de stock, il y a peu de chances qu’un client ait besoin d’acheter un crayon. « Et sur quoi vous allez écrire, sans papier ? » me dirait-il à coup sür si j’étais le client en question. Parce qu’il m’arrive d’oublier qui je suis, avec mon nom, ma date de naissance, mes mensurations, la couleur de mes yeux, je ne sors jamais sans papiers. Et il vaut mieux quand on croit être un SDF parce qu’on a oublié non seulement où on habite mais qu’on a même oublié qu’on habite quelque part.
J’en suis à me demander ce que je pourrais bien écrire lorsqu’une odeur äcre de fumée m’agresse les narines. « Le four, nom de dieu !  Pour la tarte, c’est foutu » m’écriè-je sans l’avoir pensé.
Faut que je me hâte avant que ça crame tout, me dis-je ému mais heureux de pouvoir à nouveau circonflexer et d’avoir retrouvé le nom de cette satanée pâtisserie plus celui de la pareille l’appareil de cuisson.


Je dédie ce texte à ceux qui n’ont ni papier ni crayon

Publié dans art et culture, éducation, enseignement, littérature | Tagué , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Décision

C’est décidé. J’ai mis le temps, mais il fallait bien que je me prépare, non ? Si ! Toute décision demande réflexion, on le sait, et on n’est jamais assez bien préparé. D’où le temps qu’il m’a fallu. Et sans les élections qui battent le rappel, pas sûr que j’aurais pu me décider.
Mais ça y est, j’ai pris ma décision : dès cet instant je décide de ne plus rien décider, et désormais je ne prendrai plus aucune décision.

Mais qu’est-ce qu’elles viennent faire dans cette histoire, les élections ? vous demandez-vous en vous grattant les neurones ? Allons, ne vous faites pas plus idiots que vous l’êtes, déjà que…
Attendez les résultats des présidentielles, et vous verrez. Pas tout de suite, non, pas les tout premiers jours, non non. Attendez seulement que les législatives soient passées.

Publié dans politique, Uncategorized | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Cap sur 2018

voeux-wordpress_image_2017

voeux-wordpress-txt-2017_page_1

 

 

Publié dans Uncategorized

Mes vœux (un rien foireux) pour 2017

Chers presque tous,

Dreling… dreling…

S’cusez-moi. Le temps de voir et je suis à vous.

— C’est qui ? Et que me vaut l’honneur ?
— C’est les pompiers. Le calendrier.
— Le calendrier ?
— Z’êtes pas au courant ?
— Ça risque pas EDF vient de le couper.
— Nous c’est les pompiers.

Désolé, je leur ouvre. Je n’en ai pas pour longtemps. Quittez pas.

— Les pompiers d’où ?
— D’ici. On est passés hier pour le calendrier. Y’avait personne.
— Quel calendrier ?
— Çui de 2017. Z’êtes peut-être pas au courant, mais 2016, c’est râpé. On vient pour les vœux et pour la cagnotte.
— La cagnotte ?
— Pour not’ gueuleton et le bal, çui des pompiers.
— Ah oui, le bal des pompiers… Vous avez des chats ?
— Pour ça, faut voir avec les Pététés. Nous on a des chiens, des vrais d’avalanches.
— Connais pas. Vous en auriez qui tirent un traîneau ?
— Ah là, faudrait voir avec le père Noël, mais à c’t’heure, et passé le 25… Sinon on a des rennes. Deux beaux rennes. Bourré comme il était, le barbu les a oubliés.
— Après tout ça fera bien l’affaire. 20 € ça vous va ?
— Si fait, si fait. Bonne fin d’année m’sieur… À l’an prochain. Et faites gaffe aux courts-circuits !

Vous êtes toujours là ?
Ouf et tant mieux, parce que….
Bon : j’en étais où ?
Et crotte ! v’là que j’ai perdu le fil. J’avais pourtant bel et bien quelque chose à vous dire, sinon… Mais je ne sais plus quoi. Misère…
Bah, p’t’êt que ça me reviendra.

Publié dans actualités, voeux | Tagué , , , , , , , , , ,

Nativité

Plus de 2000 ans qu’on me fait le coup. ça démarre par un coup de fil de Gaspard, l’Asiate, toujours en avance de plusieurs coudées côté technologie. Qui me raconte que le gamin, dixit le maïeuticien, est à deux doigts d’aller prendre sa première bouffée d’air ; que Marie, sa génitrice, commence à trouver le temps long et à sérieusement se les geler, tandis que le Joseph se tournicote les neurones et les sens pour essayer de comprendre comment sa dulcinée s’y est prise pour tomber une nouvelle fois en sainte. Bref, l’habitude.
Je demande à Gaspard si, à tout hasard, il a prévenu Balthazar, Si fait, me répond-il pour la 2016e fois. Notre rendez-vous, c’est toujours au même endroit : latitude 32,7940463 – longitude 347,98957 etc. Un boui-boui près de Haïfa où on fait le plein d’oranges, de dattes, de noyaux d’olives et de grenades, on sait jamais. Les cadeaux, comme il n’y a aucune raison sérieuse de se les coltiner tout au long de notre pérégrination, on les trouve chez le boutiquier d’à côté, un juif libanais qui fait dans l’import.
Au cas où votre esprit de déduction soit en rade, je suis Melchior. Selon mes humeurs (changeantes) et les leurs (instables), un coup ils m’appellent Chang-o ; celui d’après : Sin (qui se dit Shin, mais que Gaspard a du mal à ne pas prononcer Chine ; ou encore plus rarement Sélèné quand on est tous trois ronds comme une bille. D’où me vient ce nom de Melchior ? De ma contenance : 18 litres. Les origines sumériennes de la mère de Gaspard l’ont depuis longtemps porté aux divagations numériques et tarologiques où l’arcane XVIII (chiffre romain qu’on se demande ce qu’il vient faire ici) est associé à la Lune. Un érudit, Gaspard !

Bon, nous v’là partis visiter la sainte famille. Fidèles à la tradition et rétrogrades comme pas trois, pour preuve le fait qu’on rejoue toujours la même scène comme d’autres rejouent la même cène, on ne vient pas pour faire la claque mais pour offrir des présents au gamin, même s’ils appartiennent au passé, plus des présents pour quand il vieillira, si jamais il en a le temps.
Pour les premiers, ceux du bébé, on ne se fatigue pas trop : grenouillère en poils de chameau, tétines en pis de chamelles, chaussons en poils de biquettes. Pour le bonnet, on s’arrangera avec le premier âne venu et ses oreilles fourrées. Les présents pour le futur, avec l’avenir qu’il se prépare, c’est autre chose. Sur le site analakachic.deo Gaspard a commandé une chasuble de guru en lin bio fabriquée au Bengladesh. Balthazar a fait confectionner par un cordonnier originaire de Cordoue une paire de sandales en cuir de pécari. De mon côté j’ai d’abord pensé à un agenda épéhéméride sur tablette d’argile, mais vu le poids à cause des 365 jours 1/4, j’ai laissé tomber en le faisant tomber au grand dam du boutiquier, un rat. Pensant aux marchands du temple que le Jésus ne pourrait s’empêcher de morigéner, j’ai finalement opté pour un porte voix en bambou. Puis on est passé aux choses sérieuses : couronne d’épines tressée mains, croix en cèdre d’Alep, clous forgés, éponge de la mer Morte. Pour le vinaigre on aurait qu’à attendre qu’Il change l’eau en vin et que les parents des mariés, des radins, planquent une cruche de pinard pour plus tard et en oublient l’existence.

On débarque, accueillis par deux anges gardiens en uniforme de vigiles. Ils font le pied de grue devant l’entrée de la grotte. Le boulot, c’est le boulot, et même s’ils savent très bien qui nous sommes et pourquoi nous sommes là, ils nous fouillent, exigent que nous déclinions nos identités, nous demandent si nous avons une arme et si nous envisageons de procéder à un attentat, confisquent le téléphone de Gaspard qu’ils accrochent à un râtelier.

Marie intervient, ils nous laissent entrer. Pour le pourboire, ils peuvent toujours rêver. Excusez-les,  ils ne savent pas ce qu’ils font, nous dit Marie parodiant par avance son fils. Elle nous raconte s’être fait du souci, avoir prié qu’il ne nous arrive rien de dommageable et que la boutique ne soit pas fermée. Elle déballe les cadeaux, fait mine de s’extasier, nous remercie.
Bien évidemment, et il fallait s’y attendre, le gamin ne nous a pas attendu pour venir au monde.
On se les pèle. Pour se tenir chaud les anges battent des ailes, merci pour les courants d’air ! Les bestiaux soufflent sur le nouveau-né pour le réchauffer. Alors on se bouge la couenne pour se rapprocher du petit monde des bêtes, des bergers, de Marie et de Joseph qui tire la gueule, allez savoir pourquoi. Quand retentit une sonnerie, genre charge de la cavalerie légère.
En fonçant sur son téléphone Gaspard se prend les pieds dans une rallonge électrique, s’y empêtre, perd l’équilibre. Plus de lumière. C’est la nuit noire suivie d’un bruit infernal de vaisselle cassée.

Ce Noël, on se passera de crèche.

 

Publié dans actualités, famille, parents, enfants, Noël, nouvelles, contes | Tagué , , , , , , , , ,

Solidarité

Croisé un pauv’ diable. Jésus, qu’il dit s’appeler ; tu parles !
Tendu un morceau de brichton et un morceau de calendos.
Cherché trois sous dans mes poches. Vides.
J’mange pas d’ce pain-là qu’il me rétorque en me voyant faire.
Ça tombe bien, je lui réponds un rien sur le cul, j’en ai pas.
Des apôtres comme çui-là, c’est pas que ça court les rues, sauf des fois quand ils ont la maison poulaga aux miches, mais ça fleurit de par chez nous.
Pas facile de faire le Jésus, surtout en hiver qu’est pas une saison pour.

C’est pas que je l’aurais pas prié de venir se réchauffer la couenne chez moi. J’ai un poële au poil quand il veut bien tirer, mais bon, hein, vous voyez c’que c’est…
Sentait fort le gars Jésus, sentait la rue, celle où on va pas trop, trop loin, pas sûre, une que les éboueurs tu leur dis le nom, ils voient pas.
J’ai même pensé un moment qu’un bon bain chaud ça lui ferait pas de mal, mais vous imaginez… Puis quoi, j’ai qu’une douche. C’est vrai qu’après, il aurait moins senti. Une fois propret, je lui aurais même prêté une paire de vieilles tatanes.
Alors je lui aurais mitonné un frichti, même pas grand chose, mais un truc qui tient au corps. J’aurais sorti une bouteille de vin. Peut-être pas du bouché, mais quand même.
Voilà.
Puis après j’aurais fait quoi s’il s’était mis à prendre ses aises ? Alors, comme on sait jamais trop c’qui peut se passer…

Publié dans actualités, citoyenneté, petites gens, relations humaines | Tagué , , , , ,

Parce que le jour tardait à poindre

Le jour tarde à poindre. Pas étonnant avec une nuit agitée au point que j’ai dû lui enfiler une camisole.
L’appentis. J’en sors la grande échelle qu’un pompier avait laissée en gage de cette amitié qui unit victime et sauveteur. Je m’étais enflammé à la suite de grosses chaleurs ; il m’avait sauvé.

Je déploie l’engin, cale les pieds contre une motte de terre, appuie le haut contre un morceau de ciel apparemment solide. Je grimpe. Serpette, faux, cisaille, sécateur et tronçonneuse en main (j’ai de grandes mains), je poursuis mon ascension. Mon crâne se heurte au ciel ; j’y laisse quelques cheveux. Un ciel de poisse sans fin, encore sous la coupe de la nuit.
Je l’attaque à la serpette. Une première découpe dans le gras laisse entrevoir un filet de clarté. À ce train là j’y serai encore à la tombée de la nuit lorsque les chiens, ilotes naufragés sur une Terre première, auront laissé place aux loups et laissé libre cours aux agissements de leurs maîtres.

Brmmmmb fait la tronçonneuse qui brombit. La précédente, achetée chez Bricofourbi, avait rendu l’âme de trop vrombir à tailler dans le vif du sujet.
Je coupe, découpe, arrache, laissant dégringoler des pans entiers de nuit poisseuse. J’y vois maintenant plus clair. Me reste un dernier gros morceau à déglinguer. Alors sera la lumière.
Je m’accroche ferme à l’échelle. Faux en main je fauche, prêchant le vrai d’où naîtra la clarté : je fends, déchire, ratiboise. Je sème mille lucioles, leur souffle au cul pour leurs braises attiser.
La dernière chape de nuit se détache, s’en va choir au sol où elle s’enfonce avant de disparaître. Je sens vibrer et osciller l’échelle. Qui soubresaute, sot engin, confiance naïve ! Je saute, je m’abîme. Suite à mes soins, le coaltar où je l’avais appuyée a disparu tandis qu’à ses pieds tout s’est délité.
Il fait grand jour. Le linceul des ténèbres m’enveloppe. Je m’y perds.

Publié dans fantaisie, fantastique, littérature, métaphore, vivre et mourir | Tagué , , , , , , , , , , , , , | 4 commentaires

Un univers désastreux

Dans l’ordre j’ai créé le point, sans trop d’illusions et surtout sans garantie d’y pouvoir faire de belles promenades. Crée la ligne, me suis-je dit. Ainsi tu pourras marcher en la suivant, ce qui t’évitera de t’empâter.
J’ai fait comme j’avais dit. Après quelques marches qui toutes me ramenaient à mon point de départ j’ai eu l’idée d’élargir la ligne pour étendre mon territoire. J’ai nommé cela surface. Je m’y suis baladé de long en large et en travers avec toujours le même horizon d’une platitude sans borne. J’ai craint de voir s’assombrir mon âme.
Prenant mon courage à deux mains et le taureau par les cornes je me suis penché sur le problème en veillant à garder l’équilibre pour ne point choir. Sans autre choix que celui de résoudre mon problème, la solution s’est imposée : j’ai créé l’espace en 3D, que pour faire simple  j’ai nommé volume. Il était au point prodigieux que je n’en voyais les insondables limites, mais peut-être n’en a-t-il pas. Je m’y suis promené, y ai plutôt erré, en déplaisir, sans doute à cause du vide infini qui remplit cette immensité.
L’idée m’est alors venue d’y installer des objets en nombre suffisamment important et d’une taille suffisamment conséquente pour en obtenir à loisir un effet plaisant.  Je les nommerai corps célestes ou plus humblement astres.
Il me fallut créer le lieu précis où installer chacun. Les astres sont des corps sphériques qui ne se contenteraient certainement pas d’un lieu d’une forme quelconque et inadéquate.
En utilisant des quantités incroyables de cercles parfaitement assemblés j’ai créé des lieux sphériques où mes astres trouveraient toute leur place. Des myriades de cercles de 360 degrés tracés au compas. J’ai créé puis installé mon premier corps céleste, une étoile opulente qui brille et brûle de mille feux, en sa place précédemment attribuée. Parfait ! Me restait à façonner la litanie des autres sphères célestes.
Mais impossible de remettre la main sur mon compas. L’aurais-je oublié sur ma première étoile où il aura fondu à coup sûr ? Qu’à cela ne tienne, me suis-je dit, utilise ton rapporteur.
Ce que j’ai fait.
L’ensemble de mes corps célestes rondement fabriqués, me restait à les installer en leur niche. Ce qui n’a pas été une mince affaire. Sans les efforts surhumains que j’ai fournis sans relâche, aucun de ces corps célestes n’aurait tenu dans son réceptacle. Car,  mystère, tous étaient plus volumineux que leur sphère d’accueil. Et nul besoin d’avoir le compas dans l’œil pour me rendre compte que mes astres étaient loin d’être sphériques.

C’est en dépoussiérant mon rapporteur avant de le glisser dans son étui bleu nuit que j’avais compris. Au lieu des 360° coutumiers, celui-ci en affichait 365 ¼. Ciel ! J’avais utilisé le rapporteur de création de temps au lieu de celui de création d’astres. Avec toutes les conséquences que cela produirait, assurément un vrai désastre !

Publié dans création du monde, métaphore | Tagué , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Ultime vérité

Nul n’ignore que l’on sait des choses qu’on ignore savoir, peut-être parce qu’une prudence malvenue nous dicte de feindre de ne pas les savoir. Une connaissance infuse mijote dans notre marmite, mais par crainte de nous brûler les doigts et les ailes, par peur d’être inconvenants et de déplaire, nous fermons hermétiquement le couvercle avant de laisser nos pensées convenues continuer à faire loi et autorité, les laissant nous mener par le bout du nez.. Nous ne manquons pas d’imagination : nous l’étouffons, laissant pires que nous tenir la barre de nos destinées.
La quête d’un confort matériel (reposant sur le pillage des ressources naturelles) nous a fait devenir de bons toutous qui se satisfont des os qu’on leur donne à ronger : autos plus ou moins mobiles (youpi, elles voleront bientôt !) ; greffes technologiques pour pallier à nos déficiences (nous perdons jusqu’au sens de l’orientation et déléguons notre mémoire à des machines qui ignorent tout de nous) ; réseaux sociaux dérisoires vains et indigents censés faciliter, nourrir et enrichir les liens sociaux ; publicités, jeux et émissions de télé (réalité ?) stupides menés par des imbéciles pleins de fatuité qui nous font prendre les vessies pour des lanternes et les ténèbres pour la clarté. J’en passe.
Nous trichons, nous nous rengorgeons de nous découvrir si beaux et si intelligents dans nos miroirs déformants au tain menteur, nous nous abrutissons et nous nous abêtissons, nous caressant mutuellement dans le sens du poil.

Plus maîtres de nous, nous laissons s’élargir la faille que nous creusons entre nous et le réel, dédaignant ce qui ne nous rapporte pas d’intérêts et que nous jugeons n’avoir aucune valeur : bienséance, bienveillance, respect, désintéressement. Les vieux ne sont plus qu’un marché, comme n’en sont plus qu’un les arts, le sport, la littérature, la politique, les découvertes scientifiques, la médecine, l’éducation, l’instruction, la sauvegarde de la planète, la paix et bien évidemment la guerre.

Nous vendons notre âme au plus offrant, feignant de ne pas voir  le diable se frotter les mains.

Le réveil est brutal mais, nous référant à des façons de penser obsolètes, nos tentatives désespérées pour redresser la barre demeurent vaines. Par la faille qui s’est démesurément élargie s’engouffrent des hordes de sicaires dépositaires de La  Vérité. L’ultime vérité.

Publié dans réflexions, société, Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , ,

Satisfaction

Ne pouvant me satisfaire que de ce qui me satisfait, on comprendra que je sois frustré. Je ne suis pas le seul parmi ceux qui se tiennent debout contre vents, marées et peaux de bananes dont les tenants des pouvoirs salopent les trottoirs. Quitte à ce qu’eux-mêmes ou leur progéniture se prennent une gamelle. Ce que j’appelle de tous mes voeux.

Publié dans humeurs, Uncategorized | Tagué

J’ai bien dormi, merci…

…et je retrouve lentement mes esprits après un long et périlleux voyage sur un océan de feuilles blanches que j’ai déflorées à grand coups de frappes de clavier.
Aucun vilain pâté n’est venu saloper mes scribouillages talentueux que j’ai couchés dans 6 bouquins qui ont été publiés en juillet. Je les présente ici et dans un salon local de Haut-Savoie (France), à Faverges, près d’Annecy, ce dimanche 28 août. Il s’agit de la 15e Biennale du Livre savoyard. J’y convie chacun, chacune, quiconque et les autres à venir m’y saluer, m’y féliciter, m’y offrir un verre et à applaudir mes louables efforts pour relever le niveau des productions littéraires de la rentrée.

Sinon, et c’est le vrai objet de cet article, mes blogs en sommeil vont reprendre du service. Dès le mois de septembre, si le gouvernement n’a pas la mauvaise idée de le remplacer par un autre qui ne serait même pas de saison.

 

Publié dans belles lettres, Uncategorized | Tagué ,

Un camp de vacances avant Noël

Comment on s’est retrouvées dans ce camp de vacances, mes sœurs, mes copines et moi, j’en sais trop rien. J’ai souvent entendu dire  que, question QI, la nature ne nous a pas gâtées, moi et les miens, alors…
Je sais que les gens ont tendance à courir les mêmes lieux de villégiature et à s’y agglutiner, mais je ne m’étais pas imaginé que ça pouvait être à ce point. Pour faire simple, on est serrées comme des sardines, mais sans l’huile qui fluidifie les déplacements, hélas parfois responsable de chutes à cause des sols qu’elle rend glissants.
J’avance comme je peux en jouant des coudes mais, emportée par la foule, je suis séparée de mes sœurs. Je les vois disparaître puis se fondre parmi les vacancières que la mode en vogue fait se ressembler, de loin. Inutile de me faire du souci, me dis-je, les mêmes mouvements de foule finiront par me ramener auprès d’elles.
Un instant, je crois en apercevoir une, la benjamine –Clara–, la plus adorable de mes sœurs. Je l’appelle : rien. Je l’appelle plus fort : elle tourne la tête dans ma direction. Ce n’est pas elle, et tant mieux, car si elle me regarde, c’est d’un œil unique. L’autre pend lamentablement sur sa joue tachée de rouge sale. Alors qu’une vague plus forte me projette en arrière je la vois me faire des signes désespérés. Je mets un terme à mon piétinement, je baisse la tête et je fonce dans sa direction en écartant les gêneuses qui m’invectivent à gorge déployée.
C’est bien Clara. Ses vêtements sont déchirés, sa coiffe n’est plus qu’une loque. Elle a pris dix ans.
Je l’ai toujours prise sous mon aile protectrice, et de la voir ainsi me brise le cœur. Je veux m’occuper d’elle et lui prodiguer quelque soin lorsque des serres mécaniques tombées du ciel s’abattent sur elle avant de l’enlever. Elle se débat, mais rien n’y fait. Sa jolie tunique rougit. Tout un pan s’en détache et s’écrase au sol en lambeaux. Ça piaille, ça glousse, ça s’affole, ça rigole, ça s’ébat, ça s’agite, ça s’excite. Puis toutes nous reprenons notre marche que nous commençons à comprendre comme étant sans but.

Les jours passent, semblables à ce premier jour sans nuit. Sans nuit parce que les lumières sont toujours allumées. Des lumières violentes qui nous aveuglent. Serrées les unes contre les autres, se reposer ne serait-ce qu’un instant est impensable. Dormir dans cet immense dancing au son incessant d’un orchestre devenu fou n’est même plus imaginable.
Mon rêve de vacances tranquilles est devenu un cauchemar.

Qui finira bientôt. C’est ce que nous ont appris des anciennes installées à part dans des petits bungalows. Au début, elles faisaient bien un peu les fières et nous, les pauvresses, mais ça a fini par s’arranger. Leurs beaux atours nous impressionnaient, cependant moins que ce qu’on leur servait aux repas –quatre vrais repas par jour, s’il vous plaît ! tandis que notre pitance se résumait à des pluies de granules qu’une machine nous distribuait sans égards. Les jets violents de projectiles étaient cause de bien des déboires, tel l’œil crevé de Clara.
Notre séjour prendra fin début décembre, nous ont-elles dit. Vous y aurez laissé des plumes, mais à vous la liberté.

Début décembre.
On voit entrer de grosses machines équipées de grands râteaux et d’immenses pelles. Elles viennent sur nous, cueillant les grappes que nous formons. Les râteaux nous ratissent, les pelles nous ramassent et nous jettent en vrac dans d’immenses bennes. Puis c’est le départ.
Sur la grande porte en fer du camp de vacances, qui se referme derrière les camions, il y a ce panneau.

dinde de noel

Entassées comme des grains de sable, nous voyageons toute une nuit. Une nuit noire qui nous paraît douce et reposante malgré l’étrange, puante et insupportable promiscuité.
Au matin clair, pour ce qui est des survivantes dont je fais partie, on nous arrache nos vêtements, on nous rase. Un chalumeau finit de nous bucler : nous devenons présentables. On a même droit à un bain, certes collectif, mais tout de même bain.
Puis un deuxième, long et brûlant.

Alors survient l’hiver, d’une froidure extrême, et les ténèbres. Qui mettent fin au cauchemar.

 

Publié dans animaux, littérature, métaphore, Noël, nouvelles, contes, vivre et mourir | Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,

Joyeux Noël

Noël, ses flons-flons, ses feux d’artifice, ses guirlandes, ses bougies pour mettre le feu aux sapins, ses sapins en plastoque, ses œufs de Pâques quand c’est pas Noël aux tisons, ses cadeaux idiots, ses papiers d’emballage rutilants qu’on garde pour le prochain, ses cuites qui nous amènent au jour de l’an sans qu’on s’en rende compte, ses clodos qui font la manche à Calais ou ailleurs,.
Noël et ses pères Nöel gelés et obscènes qu’on dirait des bonhommes de neige, ses bals du 14 juillet, ses armistices et sa trêve des confiseurs, ses batailles de boules de neige aux cailloux, ses retraites aux flambeaux skis aux pieds, ses fractures de la jambe, ses messes de minuit à 9 heures,  ses réveillons où on s’endort, ses gamins qui jouent, ma petite sœur qui braille, ses grand-mères qui ne passeront pas l’hiver, ses chandelles de morve au nez des poitrinaires.
Noël aux quatre vents, Noël et ses petites annonces : Personne seule cherche personne seule pour partager solitude à Isola 2000 – Échangerait solitude contre solitaire – Père Noël cherche consœur pour cuisiner rôti de renne le soir de Noël – Chérie, où c’est que t’as fourré le couteau à huîtres ? –  Les salopiots qui se sont permis d’enlever la carotte du bonhomme de neige sont priés de la remettre en place. Et à sa bonne place.
Noël et ses lettres au père Noël : Cher papa Noël pour Noël je veux une grande cheminé que tu peux passé dedan qand tu déssandra du ciel pour maporté ce que je té comandé. Couvre toi bien pour pa que tu prend froi mé pa tro a cause que le feu dans la cheminé il peu te brulé et tauré tro cho. Faudra faire atenssion a cause du chien qué genti mé cé une tète de mule il dit mon papa – Monsieur Noël, je vous écris pour vous souhaiter un joyeux vous, un joyeux nouvel an et en espérant que vous ne serez pas mort l’an prochain, que vous n’oubliez pas mes petits souliers fourrés comme l’an dernier, je fais du 42 et je n’ai plus rien pour me chausser chaud et comme dehors il pourrait faire froid quand vous viendrez il faudra penser à bien vous couvrir – Père Noël, reconnaissez qu’on nous raconte que des conneries. Apportez-moi comme cadeau la preuve que vous n’êtes qu’un mythe et enfin je croirai en vous.
Noël et ses crèches de Noël avec son papier rocher, le dernier né de la bonne du curé pour faire l’enfant Jésus, la bonne du curé pour faire Marie, le curé pour faire Joseph, deux gamines bien girondes pour les anges, plus les trois piliers de bistrot de chez Dédé le bistroquet comme rois mages, sans oublier le bœuf et l’âne qui ne sont jamais bien difficiles à trouver, alleluia !
joyeux_noel

Noël et ses dindes de Noël, ses petits boudins et ses petites cailles transies que je leur offrirai bien ma bûche de Noël, ses foie gras imbéciles, ses déprimes insondables, ses faux semblants, ses lumières de la ville, ses désespérances, ses chiffres d’affaire, ses cloches aux parvis des églises, ses vieux qui meurent en taisant leur silence, ses gosses sans bras pour les réchauffer, ses gentillesses en famille.
Noël et son humanité.

Joyeux Noël

 

 

Publié dans Noël, voeux | Tagué | 1 commentaire

Chaussures et cadeaux de Noël

Bientôt Noël.
Le père Noël il est bien gentil, mais c’est quand même un vieux con. Je sais pas si c’est l’âge, mais ça m’étonnerait pas, parce que moi-même, c’est pas que je me trouve plus con qu’avant d’ânée d’année en année, mais les autres ils m’y disent. Pas à moi en direct, mais entre eux, en indirect. Il est con, je les ai entendu dire. C’était de moi qu’ils parlaient, je vois pas de qui d’autre ça pouvait être qu’ils causaient. Comme le père Noël est vachement plus vieux que moi, ça m’étonnerait bigrement qu’il soit pas plus con que moi.
Pour dire : l’an dernier, comme je suis prévoyant, j’avais commandé, à cause que c’était l’année d’avant celle de l’année en cours que le pape a dit que c’était une Année Sainte Extraordinaire, j’avais commandé une canne à pêche avec une gaule, c’est normal vu mon âge, pour gauler les poissons, pas les pêches. Je l’entends qui débaroule par la cheminée, je me cache. C’est que le père Noël il aime pas tant qu’on le voie.
Il repart. Je file fissa sur mes charentaises que j’ai mises exprès là pour qu’il comprenne que c’est là qu’on met les cadeaux, c’est comme ça qu’on fait, qu’ils soient pas intervertis. Je regarde. Cornegidouille, c’est quoi t-est-ce c’que j’vois ? Un tas de baguettes de plastique, des grosses, des petites, des encore moins grosses qu’on dirait des roseaux, mais c’en est pas. Sur une des grosses, y’a un moulinet et tout le zinzin habituel, vous en feriez quoi, vous ? Bref, je veux bien que c’est une canne à pêche, mais en mille morceaux.
Germaiiiiiine, que je braille comme un aveugle, tâche moyen de voir si le décati il serait pas encore dans les parages, m’est avis qu’il y a erreur de livraison.
Elle y va, elle le voit pas. Je le vois pas, qu’elle me dit. L’a dû partir. Ben voyons, je lui dis, c’te blague.
Plus tard, l’été qu’avait suivi, donc l’été dernier, la Lulu y avait trouvé son bonheur comme piquet de tente, que le sien il avait vécu. Les baguettes on y avait gardé au cas où, qu’a jamais eu lieu. Lulu, c’est la belle fille, la femme au René. Une belle fille, tout et pas bête. Elle m’avait expliqué, pour la canne à pêche, comment c’est qu’il aurait fallu faire, qu’il y avait pas eu erreur de livraison, et que j’étais un gros con. C’est du pliable télescopique, elle avait dit en montrant comment faut s’y prendre sans tirer comme un dératé à cause que sinon les ressorts pètent avec aussi les élastiques. Les gamines, faut voir comment ça vous parle, à c’t’heure. La tente, c’est que c’est pas tant grand chez nous.

Pour ce Noël, je m’ai acheté des grandes chaussures de clown. 80 centimètres j’ai mesuré avec le mètre de couturière de Lulu. Elle l’a sorti pour sa couture hier, qu’on était jeudi, le jour où elle reprise ce qu’il faut repriser, que le travail aux champs, on peut pas dire qu’on y use pas sa culotte et sa chemise. Au père Noël, cette année,  je lui ai demandé une queue de billard et des boules tout pareil. La mienne a tellement gauchi que le seul moyen de taper dans une boule c’est de taper à côté. Les pompes de clown, j’ai pas trouvé plus grand, mais comme y en a deux, ça fera bien l’affaire. Pour le billard, on verra à Noël prochain, pas çui-là mais çui d’après.

Publié dans littérature, Noël, nouvelles, contes, petites gens | Tagué , , , , , , , , , , , ,

Bleu blanc rouge

Partagé sur le fait de me voiler d’un  drapeau bleu blanc rouge et aussi d’en accrocher un à ma fenêtre, j’ai coupé en deux celui mité déniché au grenier. Un trésor de famille sur lequel, en 44, mon grand-père avait collé la photo du Maréchal, et ma grand-mère versé des larmes qu’elle aurait aimées de sang en apprenant la progression des troupes débarquées en Provence.
On est patriote ou pas ; moi je le suis, et largement autant que les gamins sur Facebook qui se peinturlurent aux couleurs de notre beau pays. C’est que ces blanc-becs, je sais pas comment ils font, mais faut reconnaître qu’ils savent y faire et qu’ils y font bien.
Un bout de drapeau pour me le coller dessus moi, un autre pour mettre à la fenêtre. Un coup de scie sur le manche à balai, et ça ira bien pour la hampe.
bleu_blanc_rouge_2Merde ! je me dis en me traitant de tas de noms que je sais même pas ce que ça veut dire. Tu t’es gouré, mon gars, mais faut y finir, maintenant que t’as commencé. Pis d’abord, c’est l’intention qui compte, je me dis aussi.
Çui pour dehors, la fenêtre ça faisait pas. Le manche trop court. À cause que je suis pas né de la dernière pluie, y’en a là-dedans. J’ai pensé au toit, l’antenne télé. On est monté sur le toit, le Roger et moi, que ça a pas traîné.

bleu_blanc_rouge_1C’est pas le tout, mon gars, je me suis dit, à toi de te faire beau avec le drapeau, que la république elle soit fière. J’ai demandé au gamin du Roger de me tirer le portrait. Je te l’ai vu avec sa tablette, qu’il faut y avoir vu pour se dire que c’est dieu pas possible, ces machins là. Le temps d’un clic que tu entends même pas, et c’est fait. Oublie pas celle du toit, je lui ai crié dessus.
J’ai plus qu’à y charger, a dit le fiston au Roger. Pas deux minutes plus tard c’était fait.
Et v’là le travail, citoyen !

 

Publié dans citoyenneté, patriotisme, société | Tagué , , , , , ,

Et Dieu dans tout ça ? Ahlala, m’en parlez pas

Un dieu que les hommes n’auraient pas inventé ne permettrait pas que des hommes disposent ainsi de la vie de leurs semblables. Le dieu fait à l’image de ceux qui l’ont créé (et en lequel ils ne peuvent se reconnaître, aucun miroir n’osant leur renvoyer une image fidèle par peur de représailles), ce dieu bricolé à partir de bouts de ficelles ou made in Utopia est incompétent, bouffi d’orgueil, inique, violent, sanguinaire et stupide, pour ne pas dire complètement con. Normal, puisqu’il est fait à l’image de ses géniteurs.
C’est en son nom que, aidés en douce par des salopards adorateurs d’un autre dieu –Pognon– et mouillés jusqu’au trognon, des imbéciles prétentieux assassinent quiconque ne leur prête pas allégeance ou ne suit pas au doigt, à l’oeil et surtout au sexe leurs préceptes moraux arriérés. Quiconque, être humain, femme (il y en a qui vont aimer…) ou animal*.


* Voir à ce propos cette info édifiante (en  Arabie saoudite, il paraîtrait qu’un cheval serait prochainement euthanasié en raison de son homosexualité). Chez nous, il n’y a que quelques siècles, donc pas longtemps, l’inquisition s’en donnait à cœur joie,  un tribunal jugeait les animaux et l’église les excommuniait, on en clouait sur les portes des granges et on assassinait les savants. Les savantes (telles les sorcières dépositaires des « secrets » de la nature), n’en parlons pas.

 

Publié dans actualités, obscurantisme, intolérance, religions, religions, idéologies, croyances, Uncategorized, vivre et mourir | Tagué , , , , , , , , ,

J’ai perdu mon nom

Horreur, j’ai perdu mon nom. Où ? Diantre, c’est que j’en sais point rien, ou si peu. Le si peu, c’est que j’ai arpenté ma rue de fond en combles. Je suis arpenteur, arpenteur amateur, pas professionnel. J’ai toujours aimé arpenter, de la cave aux toits les plus pentus, du haut de la rue au bas de la même ou d’une autre, et vice versa, ce que j’ai fait toute la journée d’hier. Et d’avant hier.
Demain je remets ça. Ce qui fera que je tomberai peut-être dessus, on ne sait jamais.
En attendant, pas question de mettre le nez dehors. Et pour le monsieur, ça sera quoi ? me dira la crémière, c’est sûr, sans pouvoir me nommer. Perdre son nom, croyez-moi, c’est perdre son identité.
Ma carte d’identité, nom de dieu ! Je l’ai sortie de mon portefeuille pas plus tard que je sais plus quand, hier, je crois. Une vérification, juste pour voir si j’avais bien l’âge que je pensais avoir. Vous faites pas votre âge, m’avait dit la guichetière de derrière son guichet. Une lettre recommandée à retirer. Mon nom avait pu glisser dans le portefeuille et se coincer entre les papiers. C’est une vraie papeterie que je trimballe.
Mon portefeuille, je le mets toujours dans mon sac. Le sac, dans la chambre à coucher, à cause des voleurs. On ne se méfie jamais assez m’a dit un jour le marchand qui m’avait vendu une tente. Prenez-en une blindée, m’avait-il conseillé.
La chambre, au bout du couloir, derrière la  porte du fond, celle de gauche. J’y vais. Pas de porte. Quelqu’un l’a embarquée, et impossible de savoir où elle navigue. Qui l’a dégondée ? Moi ? Sur les conseils avisés de celle qui aurait pu devenir la mère de mes enfants ? Au divorce, à cause d’une non consommation par manque de temps, elle m’avait demandé l’autorisation de garder le nom, celui que je lui avais échangé contre sa dot, une misère soit dit en passant, un jour où comme un autre j’avais œuvré à l’arpentage, fidèle brebis d’un bon dieu de bon dieu jamais entrevu mais auquel je m’étais dû de croire, par devoir filial.
Je craque. Accro à la crème fraîche, je me rends à la crémerie. Aux deux vaches, elle s’appelle. Je n’ai jamais su pourquoi, peut-être parce que je n’ai jamais demandé. Salut Abdul, lance la crémière. Je suis le seul client. Je pensais plus te voir, vu l’heure, elle me dit. Être client depuis longtemps, ça crée des liens et de la familiarité. J’ai dû me tromper de crèmerie.
Je sors, me retourne. Au beurre frais. Trente pas plus loin et plus haut, l’enseigne s’affiche blanc cassé sur fond crème, normal que je n’y ai vu que du feu. Ma crèmerie à moi ouvre son huis deux boutiques plus loin, pendant mes propres heures d’ouverture et d’arpentage, soit du matin au soir très précisément. Z’auriez pas oublié quèque chose, me lance la crémière comme d’autres lancent une tarte à la crème sur la face rougeaude du marié beurré comme un coing pour faire rigoler l’assemblée, le jour des noces. Où la mariée est partout à froufrouter, sauf à la noce.  Mon nom mis à part, je ne vois pas. Je me tâte, elle me tâte de bas en haut. Trouve l’objet de l’absence : Votre kippa, hurle-t-elle comme une sirène qui vient de gober un hameçon.
Impression désagréable qu’on me connaît plus que je ne me connais. Faites erreurs je lui dis, jamais porté de chapeau, ni de bonnet, ni de béret. Tiennent pas sur la tête, à cause qu’elle passe son temps à dodeliner. Une maladie professionnelle.
Elle me sert, je paie avec des pièces dénichées dans mes poches, la salue, m’en reviens chez moi. Mon immeuble a disparu. Je le savais vétuste, mais pas à ce point.
Je remonte la rue, l’arpente mécaniquement, me heurte à un objet dur. C’est un parallélipipède brut de décoffrage en granit noir de goudron. Il sent la Bretagne. Sur sa façade sud un nom est gravé, illisible. L’œuvre du temps ? La pluie interrompt ma tournée d’arpentage. Je reviendrai demain.
Le ciel est lourd, le ciel est bas, le ciel est gris, sans reflet dans les flaques d’eau.

Publié dans littérature, nouvelles, contes, sentiments, états d'âme, Uncategorized | Tagué , , , , , , , , , , , ,

Nous sommes façonnés par notre passé

Nous sommes le dernier chapitre, en cours d’écriture, d’un livre d’histoire. Plus ou moins bien inspirés par une “conscience” insaisissable en cours d’élaboration, nous avons été modelés par l’environnement géograhique, politique, socio-économique, ethnique, linguistique, et plus ou moins modélisés par nos parents, instructeurs et éducateurs (que nous ayons ou non pris le contre-pied de leurs enseignements). Finalement, nous ne sommes qu’un vague reflet de nous-mêmes, fut-il brillant.
Des engrammes inadaptés se faisant artefacts ont jeté le voile sur l’être que nous sommes ; notre quête consiste à le lever. D’où la nécessité de relire les chapitres de notre livre, d’en supprimer les pages qui ont pu nous convenir un temps, mais ne nous conviennent plus. Et de relier celles qui subsistent pour que notre récit tienne debout et ait un sens.
Nous aurons à inventer des pans de notre histoire, ceux que mites, champignons et autres parasites auront dévoré ; nous aurons à lutter contre cette partie de nous toujours prête à récupérer, d’une main (parce que “ça peut toujours servir”), ce que, de l’autre, elle a jeté aux ordures.

Partant de là, et si nous voulons  vivre au mieux notre vie, c’est à un travail de « reformatage » qu’il faut s’atteler. Suivre ce lien pour lire la suite.

Publié dans psychologie | Tagué , , , , , , , ,

Frontières de l’Europe : la chasse est ouverte

Être réfugié, c’est être censé avoir trouvé refuge, et non pas être en train de chercher un refuge. Un refuge est un lieu où l’on se sent en sécurité, où l’on se retire pour échapper à un danger.

Armés jusqu’aux dents, des chasseurs sont venus. Ils nous ont débusqués, ont mis le feu, ont détruit nos réserves, semé le chaos. Pour protéger les nôtres, nous avons fui là où nous pouvions, là où nous pensions trouver refuge. Nous avons erré, nous avons traversé des forêts et des déserts,nous avons franchi des cols. Les ronces ont lacéré nos chairs, les torrents en ont emporté plus d’un, la faim et la soif ont clairsemé nos rangs. Nous nous sommes même battus entre nous.
Enfin nous sommes arrivés là où nous pensions trouver refuge, là où nous croyions être en sécurité. Jamais nous ne nous serions imaginé que nos espoirs illusoires nous jetteraient dans la gueule du loup.
Nous ne sommes pas des réfugiés, nous sommes du gibier.

Publié dans communauté européenne, réfugiés | Tagué , , , , , , , , , ,