Joyeux Noël

Pour peu que le verglas, glas-glas, se mette de la partie, gare à la glisse sur les pavés.
Verre et glace, du pareil au même, plus encore l’hiver venu. Noël.

Casse-gueule des pavés du parvis de l’église, casse-col du fémur, casse-couilles des sermons qui sermonnent, morigènent sans plaisir, hormis pour qui les profère, te prient d’être bon, crois-y au paradis si tu veux le paradis, crois-y comme au père Noël, l’autre pomme. Noël, no hell. Juste un peu de haine, discrète, comme celle de laisser errer, désespérance, les coeurs rancis à force de tu crèves de chaud en été, tu te les gèles en hiver, tu te mouilles jusqu’aux os printemps automne.
Les sanglots longs des violons des prêcheurs pour leur paroisse, tu les étouffes comme tu étouffes tes hoquets de sanglots, nom de dieu c’que ça fait mal de voir le mal, les pov’gens, les mal heureux, même pas, savent pas, ignorants, vides de mots pour parler des maux, avec la moutarde qui leur monte aux sinus par ces presque trous du cul que sont les fosses nasales des SDF, chargés de chandelles qu’ils déchargent là, dans la main, au pli d’un manteau croùuteux râpé, pas de risque pour les cintres de ployer plier, tout juste se tordre de rire, jaune huître.

Sur le parvis, on a causé avant de chacun rentrer chez soi. La dinde ne refroidira pas. Une dernière photo. Tits n’enfants sur genoux père Noël. Papa maman émerveillés. Chéri, fais la photo, tu les réussis mieux que moi.
Puis plus personne, le vide, des flocons en rafale, pas chaud.

J’y étais. On était les derniers à partir.

Le bonhomme il s’est secoué, a applaudi, je ne savais pas pourquoi. Trop petit pour comprendre, mais assez grand pour voir. Pas secoué, mais ébroué.
Dans une encoignure, il a enlevé ses frusques rouge rosbeef et blanc sale comme la neige en ville avec les voitures, arraché sa barbe jaune pisseux. Pas chaud sans manteau. Il n’en aura plus jamais besoin et les a déposés devant la porte. Close pour que le petit Jésus ne prenne pas froid.
Il s’est assis sur une marche, a toussé plusieurs fois, a fermé les paupières. Les premiers flocons qui lui sont tombés dessus ont fondu. Pas les suivants.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans allégorie, citoyenneté, gros goret, les autres, petites gens, savoir vivre, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.