Petit papa Noël

Bidit baba Nowell
Qand du dezendra du ziel
Avec des zouets bar milliers
N’oublie bas mes bedits zouliers
Mais avant de bardir
Na na ni na la la lère

Il me darde dant gue le jour ze lève
Bour voir zi du m’as abbordé
Doudes zes gozonneries que ze voix en rêve
Et qui me vont gaujemarder

Gerbe.

Débauche de bouffe, car il s’agit bien de bouffe, bouffi ! Débauche de cadeaux, avec leurs emballages toujours plus gros, toujours plus grands, toujours plus colorés, décorés, dorés, bolduqués.
Abondance jusqu’à l’absurdité. Démesure jusqu’à l’obscénité.
Gavage.

Le superflu, donc tout, tu le défèques, tu le gerbes, tu le jettes. Mais malgré l’écoeurement qui te prend, et parce que tu es définitivement vide, vide, vide, tu remettras ça, car tu crois avoir besoin de ça. Qui te sécurise stupidement.

L’oie qu’on gave de force n’a pas le choix.
Nous, si.
Nous sommes  indignes.

No well !

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans consommation, gros goret, société, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.