Régionales

Bientôt les Régionales. Lire : élections régionales. Je dis ça pour ceux qui n’auraient pas quitté leur sièste d’hiver et qui ne sont au courant de rien, sinon qu’il faudra peut-être acheter un nouvel édredon ou une couverture. Les couvertures, ce sont des parapluies contre le froid. Des parafroids, quoi.
Quand la vie me fatigue, je me calfeutre sous une couverture. Pareil quand j’ai peur, quand je ne veux pas prendre de risques, quand je ne veux pas assumer les choix que la vie me propose. Choix ? Façon de parler.

Et là, bientôt, j’ai un choix à faire. Ou plutôt un ensemble de choix, car je dois glisser un bulletin de vote dans la boîte prévue à cet effet. A voté !
Choix difficiles, je le sais, et ceux que je ferai induiront tout un tas de choses conséquentes quant à ma vie .
J’ai plusieurs cordes à mon arc, avec les adresses qui vont avec, même si je me sens un peu gauche parfois. Surtout lorsqu’il s’agit de voter. Je regrette souvent de n’en avoir pas qu’une seule et unique, bien ficelée, tendue comme il faut vers un projet unique et prête à recevoir une unique flèche.
Plusieurs choix à faire, disais-je, le premier consistant à décider dans quelle région je vais voter.
J’ai des pistes. Mais ne comptez pas sur moi pour que je les livre. Pas envie qu’on me baratine, ce qui ne ferait qu’en rajouter à mes doutes.
Mais une chose est sûre : je ne voterai pas dans la Région Cérébrale de la Mémoire qui m’a joué un trop sale tour aux dernières élections. Ou aux avant-dernières, je ne sais plus très bien. À l’époque j’habitais dans la Région du Langage et plutôt que d’y faire pépère mon devoir de citoyen, ce qui ne m’aurait pas obligé à me déplacer, j’avais opté pour la RCM, espérant que la liste Papiers Perdus l’emporterait haut la main. Erreur ! La liste sur laquelle j’avais jeté mon dévolu s’était envolée suite à un coup de vent inattendu et je m’étais retrouvé gros-Jean comme devant.  Parti pour retrouver des papiers administratifs que l’administration me réclamait, j’étais revenu les mains vides et n’avait pu apporter les preuves de mon honnêteté pourtant proverbiale aux sbires de la fonction publique qui m’étaient tombé dessus, à bras raccourcis, dieu merci, ce qui m’avait permis d’éviter les coups qu’ils m’avaient porté.

Je m’emballe, je m’emballe.
Mais non, je n’en dirai pas plus. Du moins pour le moment.
Peut-être d’ici quelques jours ?

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans politique, économie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Régionales

  1. Ping : Régionales bis « CE QUE PIERRE C. J. VAISSIERE ECRIRA PEUT-ETRE

  2. Dudule dit :

    Oui, bon, on voit pas bien où ça nous entraîne. Faudra-t-il attendre le lendemain des élections pour avoir une suite ? Je préférerai avant, ça me donnera une idée.
    Merci

Les commentaires sont fermés.