Bio-éthique – organes, 2

Tout est bon dans le cochon

Quelle idée de génie. Mais où l’intelligence humaine s’arrêtera-t-elle, en supposant que sa conscience termine sa longue sièste?
Le porc, c’est bien connu, est très proche de l’homme. Par son comportement, ses déjections (vu qu’il mange comme lui) et son adéhaine (ADN) qui lui offre l’insigne chance de nous fournir un stock d’organes en tout genre.
Saura-t-il saisir sa chance? Je l’ignore mais je lui souhaite de se rebiffer.

En tout état de cause, je commence à me demander si je ne vais pas me convertir à l’Islam.

Bio-éthique

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans éthique, consommation, gros goret, société, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.