Arnaque aux rêves

Une nuit j’ai fait un drôle de rêve. Une nuit parce qu’il m’arrive aussi de rêver le jour, même entre chien et loup et vice-versa. Même aussi entre vice et versa.

J’ai rêvé que je n’existais pas.
Le lendemain j’ai rêvé que je n’étais pas mort et, le jour venu, avec le réveil qui a fait ding-dring jusqu’à ce que je valide le rêve en stoppant la çonnerie (je me suis demandé s’il fallait une cédille), je me suis posé la question de savoir si je ne rêvais pas lorsque j’ai pris conscience que j’allais être en retard si je ne me réveillais pas complètement. Ce que je pense avoir fait, mais je n’en suis pas si sûr.
Le soir venu j’ai passé commande d’un rêve de croyances dont l’intérêt est qu’avec une bonne croyance on se pose moins de questions.
Avec les mauvaises croyances, je ne sais pas.
Demain peut-être me commanderai-je un rêve de mauvaise croyance. Juste pour voir.

Cela va faire une éternité que je n’ai pas rêvé, au moins deux heures. J’aime bien rêver, surtout que ça m’enlève de la tête les sempiternelles ritournelles stupides qui se répètent sempiternellement, comme si l’éternité ne pouvait faire la moindre pose.
«Rêves en tous genres» c’est la boutique où je m’approvisionne. J’y ai pris un abonnement. Pour l’adresse, ne comptez pas sur moi, déjà que le choix est limité.
Les vendeurs, moi je ne les aurais pas embauchés. Embaumés, peut-être. Ils n’y connaissent rien, sont bourrés de clichés et proposent leur camelote comme on propose des DVD. Alors je me dépatouille comme je peux.
Comme d’habitude je me suis laissé aller à baguenauder dans les travées plutôt que de supporter l’entrave d’un incapable qui m’aurait dirigé je ne sais où et peut-être pire. La plupart du temps, c’est comme si les rêves me choisissaient, sans doute en fonction de mes états d’âme. Hors ce jour là et à cette heure ci je n’avais en tout et pour tout qu’un seul état d’âme, limitant ainsi et bien naturellement les possibilités de choix.
Le patron, je serais étonné qu’il ait sa licence, ou alors quelqu’un de complaisant lui aura octroyée moyennant quelque privilège…

Je suis hors de moi.
Je suis tombé sur un rêve blanc.
Après ça, allez chasser cette ritournelle. C’était quoi, d’ailleurs ? Ah oui…
« Une souris verte qui courait dans l’herbe, je l’attrape par la queue, je la montre à ces messieurs, etc. »

Le patron à la gomme de cette boutique à la gomme, je vais te l’attrapper par la queue et je ne sais pas dans quoi je vais le tremper, mais je trouverai bien.

Un rêve blanc !

J’ai résilié mon abonnement chez le marchand de rêves.
Son adresse ? Je vous la donne volontiers. Sur la ligne du dessous, en blanc.

 

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans affaires, commerce, activités, allégorie, littérature, nouvelles, contes, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Arnaque aux rêves

  1. cna training dit :

    Thanks for one’s marvelous posting! I quite enjoyed reading it, you are a great author.I will remember to bookmark your blog and definitely will come back later in life. I want to encourage that you continue your great job, have a nice evening!

  2. Saillard dit :

    j’éspère que tu ne fera pas de rêves noirs cette nuit?
    ou alors, tu le racontes demain? noir sur blanc,
    que je puisse y avoir accès, de jour.

Les commentaires sont fermés.