Fête des morts

La grande tapette à mouches œuvrant sans relâche, plus les années passent, plus je raye de noms dans mon répertoire. À l’instar de ceux qui vivent encore je suis toujours sur sa liste. Jusqu’à quand, je l’ignore, mais il est peu probable que mon nom y apparaisse encore pendant de longues décennies.
Chaque année à la même période je fais le point et me rends compte, non seulement que mon tissu relationnel s’est encore réduit, mais qu’il ne sera bientôt plus qu’une peau de chagrin.
Alors que ça n’arrête pas de naître, de grandir, de maturer, je ne fais que vieillir. Le nombre de ceux que je connais s’amenuise tandis que croît celui de ceux que je ne connaîtrai jamais et qui ne me connaîtront jamais. Sauf, peut-être, le jour de mes funérailles si je suis devenu célèbre entre temps. Ce dont d’ailleurs je n’aurai rien à faire, pas plus que je ne m’en soucie aujourd’hui.

2 novembre 2025

 

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans allégorie, réflexions, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.