Tunisie et Haïti – Ben Ali et Bébé Doc

Sarkosy, Ben Ali, Bébé doc, Fabius, DSK... une simple galéjade.

Séïsme en Haïti : bébé Doc est de retour. Au vu de son air pénétré et empêtré, avec ses couches. L’allure d’un vieux qui aurait tellement souffert de l’éloignement de sa chère terre natale qu’il voudrait l’aider, croix de bois croix de fer s’il ment il n’ira pas en enfer. Les crapules haïtiennes ne vont pas en enfer, pas plus qu’elles ne se donnent la mort dans un ultime acte de fierté, le seul qu’elles auraient eu. Et ben non, l’est pas mort, à la grande joie non feinte, au contraire, d’abrutis incultes ou plus sûrement partisans qui pensent pouvoir tirer quelques marrons du feu du retour de leur messie, marrons que certains aimeraient pouvoir leur distribuer gratis.
Bébé Doc, ce débris ? ça serait pas plutôt Pépé Doc ?

Mais venons en au fait, comme le disent les contes pour enfants. Il était où pendant toutes ces années, l’adorable bambin ?
À l’abri, pour preuve. Avec plus d’un demi milliard de dollars en poche volés dans les caisses de l’Île –ah il y en a des malheureux– il est parti avec l’aide ou la bénédiction des États-Unis pour son acheminement à bord d’un C-141 de l’US Air Force, direction le pays des droits de l’homme et du foutage de gueule –la France–, où avec une suite d’une vingtaine de personnes, dont quelques nervis, il a échoué tel un naufragé desespéré à l’Hôtel de l’Abbaye (réquisitionné), un des bouges sordides de Talloires, ce village misérable des bords du lac d’Annecy, région connue pour ses terrils, ses cheminées d’usine et sa pauvreté. Ayant connu cet hôtel –où je sévis pour une toute autre raison*– et ses propriétaires, je sais de quoi je parle.

France, terre d’accueil.
Tranquille, le bébé. La protection de l’enfance, c’est pas du bidon ! Bref, il est resté près de vingt cinq ans à vivre comme un nabab, à continuer de voler, d’arnaquer, de se comporter en “grand seigneur” (remarquez les guillemets), sans jamais être inquiété par la justice. Très fort, le bébé. Trés forts aussi les politiques qui, il faut bien dire les choses, l’ont tout simplement protégé. Très forts ou très intéressés ? Qui c’était donc le premier ministre de l’époque ? J’ai un trou. Pas un trou de balle comme quelques unes des 60 000 victimes que notre bon Jean-Claude Duvalier a fait massacrer, y compris enfants, mais un trou de mémoire. Je ne suis pas le seul à en avoir. C’était qui déjà, le ministre en 1986 ? Et les autres après, c’était qui ?
Bon, ça ne les a manifestement jamais empêchés de dormir. Les 60 000 victimes non plus, et ni les 500 000 haïtiens morts de faim sous le règne du bébé sanguinaire, mais qui n’ont plus depuis longtemps ces problèmes d’insomnies que leur causait leur ventre vide. Vide, comme les caisses d’Haïti qui seraient en dette auprès du FMI pour de l’argent que le bébé escroc avait détourné. Le chérubin qui, va savoir, revient peut-être au pays pour essayer de se refaire une santé financière. Avec quelques fidèles et quelques neveux-macoutes, héritiers des tontons-macoutes, ça ne devrait pas être si compliqué.
Toujours est-il qu’il est revenu au pays, le fils prodigue qui ne manque pas d’air en déclarant qu’il va faire un don de plusieurs millions de dollars pour aider à la reconstruction du pays, dollars qu’il avait purement et simplement volés au peuple.

Ce qui me ramène, va savoir pourquoi, à la Tunisie et à Ben Ali.
Non mais tu imagines ? On est en, je ne sais pas… 2018, tiens. Et qu’est-ce qu’on apprend, je vous le donne en mille ? Que le Ben Ali, autre messie et fils prodigue, repointe le bout de son nez et rapplique au pays. Pour aider sa malheureuse patrie. Ouf ! on est sauvé.

Bon, ça n’est peut-être pas si simple, parce que pendant tout ce temps, il va vivre de quoi, notre bon Ben Ali ? Et en quel lieu ? Et ses petits copains, ça va être qui ? Cependant, reconnaissons qu’à côté de Pépé Doc, c’est un merdeux. Il a combien de morts à son actif ? Combien de froids assassinats ? Que ça ? Ah, c’est pas bon ça. C’est pas comme ça qu’on assied une bonne réputation, et ça n’est pas une garantie pour vivre longtemps. Et du coup, c’est pas si sûr qu’on ne lui cherche pas des noises. Enfin, faudra voir selon les intérêts de chacun…
2018…

 

 

* Une expo de mes bas-reliefs –  sculptures et  mobilier avec le Sculpteur annécien René Broissand

 

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans image, roman photo, international, plouf!, politique, économie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Tunisie et Haïti – Ben Ali et Bébé Doc

  1. blog dit :

    When i quite prefer whatever you submit in this article. Extremely useful in addition to smart. Just one challenge though. I’m running Internet explorer having Debian in addition to elements of this present web design portions undoubtedly are a very little wonky. When i understand it’s an excellent normal established. Yet still it’s an issue to help retain in view. When i trust so it can guide in addition to always keep in the prime excellent publishing.

  2. Ching Abarca dit :

    Its always beneficial to get some hints like you share for blog posting. Appreciate your top quality work and continue writing articles in this high quality manner.

Les commentaires sont fermés.