Fête de la musique

L’orage s’est déchaîné. Ma chaîne stéréo a pété les plombs. Ça m’apprendra à être ringard, non mais ! La zizique aujourd’hui, ça s’écoute à la chaîne, pas sur une chaîne. MP3, MP4, ça ressemble quand même à M.P. Military Police. Je veux dire : obéis à la pensée unique, celle qui te fait passer d’une technologie obsolète à une autre qui le deviendra le lendemain de ton achat. Et les jours ont beau être plus longs avec l’été qui débarque, ils ont toujours la même durée : 24 heures TTC, comme on dit quand la flemme nous prend d’ânonner –et pas qu’en Ardèche– « toutes taxes comprises ».

Le disjoncteur a disjoncté. Comme quoi il y en a qui font leur boulot. La grêle est tombée : tac tac tac. Ça me rappelle le doux son des balles qui crépitent. Pas feignasse, le vent s’est levé : wouh, wouh. Deux bûches dans la cheminée. Du résineux. Ça flambe vite, d’accord, mais ça chante, surtout lorsqu’un peu de flottte s’est invitée entre aubier et écorce. Roupille a miaulé. Inutile de dire que c’est le chat, alors je le dis. J’adore les inutilités, j’adore les chats quand ils dorment, rêvent, ronronnent au coin du feu. J’adore le feu qui ronronne auprès du chat. Quand ça faille dur, à cause de la résine, ça ronfle.

Je me suis mis aux fourneaux. C’est prétentieux, je n’ai qu’un vieux poële. Batterie en mains, je cuisine. Dzing. Les cymbales, c’est peau de balle : casseroles et couvercles en font office, comme à la messe.

Ding dong. Quelqu’un à la porte : les v’là. Les sonnettes dring me font trop penser au téléphone dring, celui des nouvelles amères. Je n’avais pas de marteau sous la main le jour où je l’ai déglinguée. Du coup j’ai oeuvré avec la cloche, une solide, d’un bronze, mieux que ça, de l’airain, sortie d’une manufacture divine. Les potes ont amené biniou, harmonica, kazoo et voix éraillées. Vin chaud et cidre auront vite fait d’arranger ça, et la gnôle au goulot finira le boulot. Bébert a amené son chien, Pètoveine, un pervers, qui aboie comme un dératé pour peu qu’on lui gratouille le ventre. Roupille veut l’imiter mais ne parvient qu’à chougner comme un bébé qui fait ses dents. La corneille de Lola s’y met, c’est d’une beauté terrifiante.

Le frichti bout dans son faitout. Gloup. Les goulots glougloutent, les ventres gargouillent : on se met à table, on parle de rien, surtout de ces petits riens, comme cet orage qui devient tempête.

Alors on met le nez dehors. La musique y est d’une autre trempe que celle des deux lascars vidant, à l’apéro, verre après verre pour ajuster les notes. Tu siffles deux gouttes croyant bémoliser et c’est le contraire qui se passe.
Fait nuit. Faut voir ça pour comprendre ce qu’est un spectacle son et lumière. C’est tout sauf du bruit, pas comme sur la place du bordel ambiant, au village, où quatre groupes se disputent la place moins grande que les mouchoirs que Cyrano commandait à Cholet, deux fois l’an, automne et printemps, à cause de ses tendances allergiques. Avec le temps, les musicaux –ben voui, c’est comme ça qu’ils causent– auront rendu la place à son charme et le sommeil aux habitants qui préfèrent le tic-tac des aiguilles à tricoter et de l’horloge comtoise au bouzin de la quadricacofolie quadricacophonie. 

Ils s’y sont tous mis : vent, pluie, grêle, arbres, herbes et ruisseau qui torrente, gonflé d’orgueil. C’est l’entrechoc des éléments, les coups d’estoc rageurs, le bruissement fou des feuillages, le craquement des branches, le cailloutage des galets. Ça percute, ça tambourine, ça cliquette, ça haubane, ça souffle, ça symphonise.

C’est la fête de la musique.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, art et culture, environnement, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Fête de la musique

  1. I’m not that much of a online reader to be honest but your blogs really nice, keep it up! I’ll go ahead and bookmark your site to come back later on. All the best

  2. Hiya, I am really glad I have found this info. Nowadays bloggers publish just about gossips and web and this is actually frustrating. A good blog with exciting content, this is what I need. Thanks for keeping this site, I’ll be visiting it. Do you do newsletters? Can’t find it.

    • No, I do not have a newsletter, but you can subscribe to my blogs. I really do not have time to create a newsletter, I’m sorry. But you can ask me to write something specific … Note that I do not speak English, alas! Fortunately, listen to music in all languages​​, and poetry, sometimes, and also some texts. Like those told by the wind, rain, thunderstorms …
      Sincerely.

  3. Its like you learn my thoughts! You appear to know so much approximately this, such as you wrote the ebook in it or something. I feel that you just can do with some p.c. to drive the message home a little bit, but other than that, this is wonderful blog. An excellent read. I’ll certainly be back.

  4. André Naline dit :

    C’est bien beau tout ça, mais où peut-on trouver le DVD ?

Les commentaires sont fermés.