Libye et Syrie : vacances d’été

Drôle d’été. Trop chaud, ou bien frais pour la saison, avec la flotte qui laisse de marbre les nappes phréatiques. Pull et parapluie, ou maillot de bain et crèmes solaires qui bricoleront un cancer pour que l’industrie chimique continue à faire de menus profits.
C’est terrible cette eau qui tombe et ces coups de soleil sur le râble. Dont je me fous, je ne prends pas de vacances, et ça apprendra à ces égoïstes qui en prennent, sous prétexte que les congés payés c’est pas pour les chiens qu’on abandonne, l’air de rien, sur les aires d’autoroute. Tout en sifflotant un air à la con pour faire encore plus mine de rien. Et tout en vidant sa vessie sur un champignon rouge à pois blancs qu’on sait très bien être la résidence secondaire d’un gnome.

Dans le midi, je veux dire l’extrême midi (outre Mer méditerranée), c’est pas mieux. Et que les chiens soient fidèles ou infidèles à leurs maîtres n’y change rien, chacun recevant sa dose de soleil de plomb que de drôles d’oiseaux de feu déversent sur les gens. Enfoncez-vous ça dans le crâne jusqu’à ce que vos globes oculaires explosent et que vos orbites soient déshabitées de ce qui vous fit homme.
C’est terrible cette mort qui vient du ciel, alors qu’on en attend une toute autre délivrance. Dont je me fous, étant déjà mort pour avoir crié « On est tous américains arabes musulmans frères » et avoir voulu rogner mes chaînes jusqu’à m’en user les dents. Frères de qui, de quoi, de sang ?

Frères contre frères, fils contre pères, tant pis. Les femmes pleurent, les mères se lacèrent la poitrine. Les viols deviennent loi. Des lèvres se serrent pour ne pas hurler, d’autres s’emmurent dans le silence des tombes, d’autres –lointaines– se la ferment par lâcheté. Serrés un instant d’une vaine colère, les poings se décrispent. C’est l’été, les vacances.

On attend pas loin de 40° en Syrie, avec un vent à 10km/h. Pas assez fort pour faire dévier les balles de l’équipe nationale officielle. Nul doute que le score sera en sa faveur.
37° sont attendus en Libye, avec un vent à 30km/h. De célestes Rafale sont annoncés. D’autres aussi, plus terre à terre. Comparé à la mitraille, le soleil de plomb sera de la rigolade.

Partir en vacances là-bas ? Fait vraiment trop chaud.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, environnement, international, Libye, Syrie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Libye et Syrie : vacances d’été

  1. tommylobo dit :

    Sinon, le Yémen, c’est pas mal. Il y fait moins chaud, les nuits sont calmes, la vie paisible et le régime y jouit d’une bonne réputatiojn, grâce à l’esprit de liberté dont il a fat sa devise, comme d’autres d’Afrique, du Moyen Orient, d’Europe cenrale, d’Europe orientale, d’Asie centrale, d’Amérique du sud, d’Orient, d’Extrême Orient. Ailleurs, je ne sais pas..

  2. ecigs dit :

    I love your pierrevaissiere.wordpress.com
    cheap electronic cigarette

Les commentaires sont fermés.