Yellowstone, Hekla et Vésuve : youp là boum !

J’ai marché des heures et des heures en ville, traçant d’une rue à l’autre d’un pas aussi vif que le froid bouffi de bise de ce début janvier avec ses vœux de bonheur fourre-tout qu’on débite ou reçoit. Mécanisme qu’on croyait bien réglé avant que l’Internet soit déglingué. D’énormes explosions solaires, ils avaient dit à la télé, avant que toutes les chaînes disjonctent. Le téléphone s’est tu.
Marcher, marcher encore, sans autre but que de ne pas geler sur place. Les mocassins, déjà que c’est démodé, il y a mieux pour le patinage sur la glace, et mieux pour shooter dans les congères. Ça floconne aussi gros que les tartes de chasseur alpin, ces bérets entre crêpe et pizza à peine cuites, et encore.
Ni four à bois, ni crêpière a gaz, je grelotte, dents glaçons qui s’entrechoquent, estomac vide. Jingle bell. Quinze jours qu’il neige sans discontinuer. Moins pire que les cendres du mois précédent, mais il paraît qu’elles vont revenir. Blanc sur gris sur blanc sur gris, tout se fond, se confond.
Les mini-markets, supérettes, super et hyper marchés ont baissé leurs rideaux. Super. L’épicier du coin joue à la belote avec le boulanger. Le pharmacien s’est abonné aux antidépresseurs. Plus de courant, plus de gaz, plus de transports en commun, plus de carburant, plus d’eau si tu n’as pas de quoi faire fondre un bloc de glace. Des nervis tirent à vue sur qui s’approche du seul dépôt de charbon et de bois. Sous leur édredon blanc sale d’un mètre d’épaisseur les bagnoles font le dos rond, sans moufter.
Les immondices qui ont cessé de grossir roupillent sous la neige en attendant leur jour de gloire, quand le soleil se rappliquera. S’ils revient.
La caldeira de Yellowstone a pété les plombs, Hekla et le Vésuve lui ont emboîté le pas. La télé fonctionnait encore lorsque c’est arrivé. Spectacle inoubliable, magnifique.

J’ai marché des jours et des jours en ville, jour ou nuit, je ne sais plus, croisant d’autres marcheurs transis de froid, zombies. On se réchauffe comme on croit pouvoir le faire.
Les cendres sont revenues, puis la neige. Les campagnes ont été prises d’assaut, on s’y est bagarré. Depuis, on ne sait pas.
Les cadavres roupillent sous un magma grisâtre. Ils auront de la compagnie.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans environnement, plouf!, vivre et mourir, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Yellowstone, Hekla et Vésuve : youp là boum !

  1. The Hypocrisy is overwhelming.

  2. Awsome info and straight to the point. I don’t know if this is actually the best place to ask but do you guys have any ideea where to hire some professional writers? Thank you 🙂

    • If you want to hire a writer, I am at your disposal. However, I do not write the english language, but I write very correctly extinct languages ​​and those that do not exist today. To be serious, it depends on what you want.

  3. Jim dit :

    blog post. entertaining others

Les commentaires sont fermés.