J’ai encore failli mourir

Non, je ne suis pas mort. Hélas ! et plus pour moi que pour qui ne supporte pas que je vive. Qu’il fasse avec. En tout cas, pas complètement mort, et pas plus qu’au bridge du samedi, avec mon pote Bébert,  dentiste de son état, le pauvre. Les Maures, ça fait toujours chier, qu’il me dit. Savent pas jouer ou ça s’exclue d’emblée. Ça doit venir qu’ils ont pas le type caucasien.

— Allô, t’es pas mort ?
— Devine, que j’ai répondu.
— Ben non, je vois  bien qu’t’es pas mort, sinon t’aurais pas décroché. Je m’inquiétais : huit jours sans une ligne, sauf les blanches qui se devinent, comme des silences sur une portée.

Lui dire que décrocher est un signe avant coureur du passage de l’autre côté du passage à niveau, ça aurait servi à quoi ? Mais non, sous prétexte que je décroche le bigophone, voilà t-i pas qu’il en conclue que la semeuse de vers, grande poétesse devant l’éternel, a remis à plus tard ce qu’elle aurait dû faire la veille de demain. Je vois bien que tu n’es pas mort, qu’il a dit. Conneries ! Je n’en suis pas au vidéophone, et bien malin qui peut pénétrer dans mon intimité. Attention, je n’ai pas parlé de pénétrer mon intimité.
Je vois bien que t’es pas mort. Il voit que dalle, il a rien vu, c’t’andouille, mais va savoir s’il n’a pas déjà prévenu tous ceux à prévenir en cas de décès : veuve, enfants, soi-disant amis, concierge et limonadier.

C’est pourtant vrai : pour un peu j’aurais pu mourir. J’en suis passé à deux doigts, comme je lui explique.

— Pas mort, mais ça a failli. J’en suis passé à deux doigts.
— Quels doigts et de quelle main ? Parce que symboliquement, ça a une certaine importance.
— La main de masseur, pouce et index. Une manip des cervicales qui aurait pu mal tourner.
— Ta sœur aînée ou l’autre ? Parce que symboliquement, mais je t’apprends rien, ça a son importance. Et sinon, elle va comment ?

Débile. Ou sourd, ou faisant semblant. C’est ça les arracheurs de dents
Je lui ai entonné ce chant qui berça mon enfance.
« La main de ma sœur dans la culotte d’un zouave, ferait bander un régiment d’pompier. Si on m’l’avait pas dit, je n’l’aurais jamais su que la Marinette avait du poil aux fesses, si on m’l’avait pas dit, je n’ l’aurais jamais su que la Marinette avait du poil au cul »

Pas de doute, qu’il m’a dit, tu es bel et bien en vie. En vit, étais-je sur le point de rectifier, lorsqu’il me devança à sa façon en hurlant dans l’écouteur : « Non, non, non ce vieux con n’est pas mort…. non, non, non ce vieux con n’est pas mort… car il bande encore, car il bande encore ».
Une minerve, ça n’est pas à proprement parler un bandage, mais quand même. Bébert, c’est médium qu’il aurait dû faire. Du moins les lendemains de beuverie de ses clients, avec leur haleine de chacal. Quant à mon chiropracteur, je lui réserve un chien de ma chienne de vie.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans allégorie, humeurs, humour (décalé), relation aux autres, santé, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.