Egypte, journaliste et tolérance

Pov’ fille. Je parle de celle qui s’est fait agresser –une journaliste, ou un truc comme ça– sur la place machin au Caire. Si c’est pas malheureux !
Hé bé oui, en Égypte aussi il y a de sacrés abrutis, comme partout. Et les abrutis, quand ça se libère, ça fait mal mâle mal, ça vindicte, ça braille, ça casse, ça te fout un tel bordel que ça plaint de ce foutu bordel et que ça braille encore plus. Les cons ! L’histoire du gars qui crache dans la soupe, de celui qui scie la branche sur laquelle il s’est posé les fesses. Pov’ branche !

Ah la populace la masse, le commun. Sale race !
Bon, je m’emporte, mais en fait, la populace, je suis pas contre. Même si je voulais, je ne pourrais être contre. C’est à cause de ma tolérance sans limite, et question tolérance, je crains personne, c’est moi qui vous le dit. Il n’y a pas plus tolérant que moi.
Des preuves ? le bistrot PMU du coin où je vide des godets avec des potes, les pires qui soient, bornés, sectaires, racistes et catho, du genre à honorer Jeanne d’Arc, qu’ils auraient bien voulu honorer d’une autre façon, c’est pour dire. Bref, des pros de l’intolérance. N’empêche qu’on se marre comme des bossus., et tout. Faut voir jusqu’où ils vont, les lascars ! Comment c’est qu’ils causent. Rien que pour dire, l’autre jour, vers 10-11 heures, à l’heure de l’apéro qu’on prend en terrasse à cause qu’on peut plus fumer où on veut, ce qu’ils ont balancé à une arabe ! Comment on y sait qu’elle était arabe ? Ben tiens, ça se voit. Surtout quand elles portent ce machin sur la tête, un voile qu’on les dirait en cage, je sais pas comment ça s’appelle, mais vous voyez… La crise de rigolade quand y en a qui lui mis la main au panier. Il y en a qu’auraient dit que ça se fait pas, ou un truc du même genre, que c’est de l’intolérance que de se comporter comme. Mais y avait pas péril en la demeure, à c’que j’sache, hein ! Moi je dis qu’il faut être cool, et c’est tout ; c’est ça la tolérance. Alors j’ai rien dit, parce que faut quand même pas exagérer, et que le savoir vivre, c’est aussi ça.

Bon, revenons à nos moutons. La fille, là, qui se serait fait agresser. Je dis pas que c’est pas vrai, mais enfin… Et pis, qui c’est qu’a commencé, avant que les autres lui tombent dessus à bras raccourcis, il paraît. Je veux pas dire qu’elle l’a bien cherché, mais je veux pas dire le contraire non plus.
Je te jure, moi, quand je vais à la messe, par exemple, je mets un tricot sur mon marcel. Des fois même, je rajoute une veste. Imagine que j’aille à l’église en marcel, ils diraient quoi, les autres ? La tolérance, c’est aussi ça.

Tu me vois, moi, journaliste à Libé ou je sais pas, un autre truc de gauche comme France-Soir, me pointer dans un meeting du Front national et chanter la Marseillaise ou l’internationale ? La honte, et pas que ça, sûr ! Ce que je veux dire, c’est que si j’étais une nana, que je sois de type caucasien, comme ils disent à TF1, mais pas que là, que je sois journaliste et pas moche comme un pou, je te jure qu’y a pas de risque que je m’introduise dans une manif d’un de ces pays de sauvages où y a que des mecs qui braillent, qui en veulent à la terre entière, surtout à ceux du Caucase, qui n’ont rien à se mettre sous la dent, façon de parler, question sexe, à part leurs petits copains qui braillent avec eux… bref, je me tiendrais coite, je porterais le voile, je me la fermerais et je retournerais chez mes parents dans la Creuse. Je dis la Creuse, parce que la fille en question, y a que de là qu’elle peut venir. Puis je me ferais pas chier à travailler. Je me trouverais un mec plein aux as, et basta. Du coup, ça m’éviterait de faire l’intolérante qui fait rien qu’à raconter des blablas à des gars qu’en ont rien à cirer, surtout qu’elle est même pas du coin, et ça se voit.

Mais enfin, faut reconnaître que je préfère être à ma place qu’à la sienne. Parce que, je veux pas dire, mais elle risque pas d’avoir le paquet de potes que j’ai. Et je parle pas de ceux de Facebook.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, humour (décalé), international, obscurantisme, intolérance, savoir vivre, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.