Des armes pour cadeaux de Noël

Ça m’énerve dur, dur, dur. Et encore je mâche mes maux. Mes mots ? Si vous voulez.
Noël et les cadeaux du même. Les cadeaux de Noël, quoi, pour qui ne suivrait pas. Bolduc coupé et papiers cadeaux arrachés fébrilement, je n’ai rien eu de ce que j’avais commandé à cet enfoiré de père Noël, que je me demande qui l’a embauché, certainement pas une lumière. Passe encore si c’était la première fois, mais là, il a poussé le bouchon un peu loin à mon goût.
Tu fais la liste de ce que tu désires, tu illustres avec un dessin, tu précises la taille, la couleur, les références, l’année de fabrication, bref, tout ce qui fait qu’il n’y aura pas d’erreur dans la livraison, et vlan ! tu reçois n’importe quoi, tandis que des abrutis qui ne savent ni écrire, ni dessiner, ni rien se voient livrer tout ce que tu avais commandé.
Si encore c’était en France, tu t’arrangerais pour aller récupérer ton dû, car il s’agit bien d’un dû mais; tu y crois ou pas, c’est à Pétaouchnoque qu’il a livré tes trucs, chez des niakwés, des nègres et même pire. Avouez qu’il y a de quoi être énervé.
Mes Kalachnikov, c’est où que vous croyez qu’elles se sont retrouvées ? Mes grenades, d’après vous, elles ont atterri où ? Le mortier et les obus, vous avez une idée de là où ils se trouvent ? Et les coupe-coupes ? je vous le donne en mille. Il s’est vraiment foutu de ma gueule, le père Noël, ou alors il était encore bourré, comme chaque année, avec ses bestiaux. Je vais en faire quoi, moi, de mes crayons et de la rame de papier que j’ai reçus. Un cadeau, ça ? Je t’en foutrais ! Et encore je ne parle pas des armes lourdes dont j’avais un sérieux besoin, que je me demande où elles ont atterri.
La fête, c’est pas avec ce que j’ai reçu que je vais pouvoir la faire, et ça me gonfle d’autant plus que, même d’ici, on entend déjà les premiers tirs de feux d’artifice, et une douce odeur de poudre commence à me titiller les narines. Merde, merde, merde. J’aurais dû naître, je sais pas, en Syrie ou en Libye. En Corée du nord, ça aurait été bien aussi. Ou en Côte d’Ivoire, au Nigéria, en Tchétchénie ou encore en Palestine. Tiens, en Chine aussi, dans le coin de la place Tian’anmen. Bref, c’est pas les endroits qui manquent où ça s’éclate autrement plus que dans ce putain de département de la Creuse de ce putain de pays de France où on s’emmerde à cent sous  de l’heure, hors taxe.

Petit papa Noël,
Quand tu descendras du ciel,
Avec  des jouets par milliers,
Je t’en prie, pass’ pas par le troquet 
Mais avant de partir
Il faudra bien te souv’nir
Des jeux que je t’ai commandés
Pour m’amuser à tout dessouder.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, consommation, humour (décalé), vivre et mourir, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.