Si, de Mountain View à Gröningen des voiles se levaient…

les visiteurs des blogs de PIERRE C.J. VAISSIERE Mes voyages ne durent jamais bien longtemps, mais j’arrive toujours rapidement et sans encombre à destination.
Je ne prends ni l’avion, ni le bateau, ni même le train. Ce n’est pas l’envie qui me manque, mais n’ayant pas su oeuvrer pour m’assurer un train de vie convenable, c’est dans la tête que je me balade. Pas de douane, pas de risques de transport, exceptés ceux au cerveau – les AVC- qui mettraient sans doute un terme à mes périples, et par conséquent à ma vie.
Je voyage sans bagage, rien, ni certificat d’études, ni CAP, ni brevet, ni bac inutile puisque jamais je ne traverse la moindre rivière.
Je rêve devant des cartes géographiques parfois imaginaires, je rencontre des gens. J’en aime certains, d’autres non, et c’est bon, à défaut d’être bien, ce concept bizarre que je n’ai jamais très bien compris.
J’aime bien m’égarer sur des territoires sans nom, ne plus savoir où je suis, et même qui je suis. C’est ma liberté.
Pour en revenir, je regarde l’image du globe terrestre que j’ai mise dans une page d’un de mes blogs. L’image fixe d’une Terre comme morte, car immobile. Mais je sais qu’elle fait semblant d’être ainsi : elle ne fait que dormir et attendre que le soleil se lève. 
Je laisse mon regard survoler la liste des pays, de vrais pays, où vivent de vraies personnes ou que j’imagine telles. Des pays où j’aurais sans doute des amis si un avion avec de vraies ailes m’y transportait. Je ne parle aucune des langues de ces pays, mais je saurais sans doute entendre ce qu’on me dirait, comme ceux que je rencontrerais sauraient entendre ce que je dirais, même en nous taisant.
Longeant la côte de cette colonne où s’inscrit le nom de ces pays, mon regard vagabonde, joue les caboteurs, fait escale dans un havre, s’y repose, puis reprend sa course. Pour s’arrêter à nouveau sur des noms qui souvent reviennent : Gröningen, Toulon, Mountain View, puis d’autres aussi : Rennes, Is-sur-Tille, Morsang-sur-Orge, Atlanta, Linköping… Et encore et toujours Moutain View.
Internet, Google, Recherche : Mountain View.
Des lacs, des montagnes aux sommets enneigés, et quelque part, quelqu’un qui, visitant mes blogs et, les lisant manifestement, est venu à ma rencontre. À travers ce que je livre par mes écrits, il me connaît ; je ne le connais pas. 
Une risée venue du Pacifique lèvera-t-elle le voile ? D’autres souffles en d’autres lieux, de la Bretagne à la Suède, de la Tunisie au Michigan, de la Hollande au Texas, de la Belgique au Canada, de l’Algérie à l’Allemagne, de la Tunisie à la Suisse, d’un ailleurs à un autre lèveront-ils d’autres voiles ?

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans les autres, relation aux autres, voyages, carnets de voyages, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.