Hollande président = fuite de capitaux et expatriation

Pour un éclairage salutaire, lire aussi :
Elections : une leçon de civisme
Paysannerie : une révolution en marche
Eleveur et emploi à mi-temps

— Gearmaiiiiiine ! C’est où que t’as fourré les allumettes ?

Ah nom ti dieu ! C’est qu’avec leur connerie, que le Hollande il a gagné, c’est pas gagné. Ah les cons ! Nous on a bien été voter, l’autre dimanche, mais c’est tout, parce que l’urne, on peut pas dire qu’on l’a usée. L’isoloir, je dis pas, mais l’urne… C’est pas que je regrette de pas avoir mis le bulletin, mais sérieusement, vous nous y voyez à revenir au bureau de vote ?
 Remarquez, les résultats des élections, j’avais prévu le coup, parce qu’avec des cons pareils, fallait s’y attendre. Alors je m’y suis attendu, mais j’ai point attendu pour prendre les mesures qui s’imposaient après que j’ai eu mesuré la situation.

D’abord j’ai vendu les bêtes à l’Antoine, un bon prix. L’Antoine, çui qu’on avait fait passer toutes ses envies au Roger, même que ce salopiot de Roger, il a puis plus jamais eu mal aux dents. Quand je dis un bon prix, c’est le prix, voilà tout. Du sonnant et trébuchant. Le foin et la paille, j’y ai laissé à l’écurie. Secs comme ils sont, ça y fera bien.
Les engins, trois fois pas grand chose, c’est à la veuve du Bébert –Dieu ait son âme, et j’lui souhaite bien du plaisir– que je les ai quasi soldés. Une rigolote, c’te vieillerie. Prix promotionnels, qu’elle m’a dit devant les godets remplis à fond de goulot –faut toujours des témoins. Tope là, qu’elle avait déclaré. On avait topé et elle avait tiré sa boîte de biscuits de dessous c’qui lui servait de lit, mais en moins bien. C’te sacrée bonne femme, c’est tout à coups de bouts de chandelles qu’elle s’est fait sa cagnotte. À croire qu’elle a dû en chiper un tas dans les églises du coin, mais on peut pas lui en vouloir, à cause que sa pension de guerre, au Bébert, ça lui payait même pas les pneus de sa chaise roulante et que depuis qu’il a décédé, celle de réversion c’est encore moins que trois fois rien.
 Les bricoles de Germaine, vaisselle et tout le bazar de la cuisine, les draps, les édredons, la télé et le poste plus les cochonneries qu’on avait ramenées de ch’sais pas où, surtout elle, c’est à Solange qu’on y a vendu. Un seul gros lot pour trois fois rien. Avec en prime des bondieuseries que Germaine avait hérité de vieilles tantes genre grenouille et punaise de bénitier, que quand elle était petite fallait même qu’elle aille communier avec elles, c’est pour dire, et que le vendredi c’était maigre, va te faire du gras avec ça..
On avait pensé lui vendre les meubles avec, à Solange, mais pour les assurances, ça eut pas fait bien net, déjà qu’ils auraient pu se demander comment c’est qu’on s’y prenait pour vivre sans tout le bazar qu’il faut pour vivre, les casseroles, les couverts et tout. Depuis le temps qu’on était là, avec Germaine, c’est pas les trucs du ménage qui nous avaient manqués, et la remise en était bourrée. On y a mis le tout dans la cuisine et dans la salle à manger, et ailleurs où ça devait aller, avec aussi des vieux draps et des vieilles nippes dans la chambre, que même les épouvantails en auraient point voulu, c’est qu’il y’a des limites à tout. Après qu’on aura mis le feu à la baraque, sûr que l’assureur y verra que du feu.
Germaine, à cause que la mémoire c’est pas ce qui m’honore le plus, je lui avais demandé où c’est qu’on les avait mises, la vieille télé de sa mère et sa TSF. J’y avais sorti du hangar et mis sur le buffet de la cuisine. Mets-y donc ce napperon dessous, ça y fera plus mieux pour l’assurance.

On a fait le tour du propriétaire pour vérifier qu’on n’avait rien oublié, les papiers, l’argent, les photos, les quèques bijoux de valeur, les autres ça fera tout comme pour quand l’expert il viendra.
 J’ai bien fait gaffe à virer les bidons de fioule dans la cahute du fond de cour où c’qu’on a le poulailler avec les deux bonnes pondeuses qu’on a laissées. Avec ça et le fioule, ils pourront pas nous faire croire que le sinistre c’est nous qu’on l’a provoqué. Ma Germaine, que je dirai, il lui faut ses deux œufs frais tous les jours que le bon dieu fait, ordre du docteur, que même vous pouvez lui demander. Alors ça risque pas qu’on a mis le feu, puis d’abord, je ferais comment avec ma chaise roulante ? que je leur dirai, et toc.

— Gearmaiiiiiiine, elles sont où, nom ti dieu, les allumettes ?
— Où veux-tu qu’elle soient, que tu viens d’en griller une. J’te jure, fait pas bon d’être vieux.

Elles étaient dans ma salopette, les garces, avec mes Boyards. Les tiges de huit maïs, y’a rien de mieux pour faire le vide autour de toi quand tu prends la Micheline ou le tortillard, sauf peut-être un bon calendos. Des nanans comme ça, ma Germaine, elle risque pas tant d’y oublier. Et t’as pas sitôt sorti ta serviette à carreaux et déballé le trésor qui renifle plus que des pieds de fantassin que tu as tout le compartiment à toi tout seul. Comme on aurait à revenir pour toucher les sous de l’assurance, c’est pas un, mais deux coulants baraqués d’enfer qu’elle avait dénichés.

Et c’est-i où que vous vous en allez expatrier ? m’avaient demandé les copains. Pour le moment, c’est dans la Suisse, après on tâchera moyen de pouvoir y rester, sinon on ira ailleurs, et c’est pas Hollande, tu parles d’un zigoto, qui nous en empêchera, ni les autres communistes, qu’on n’a pas trimé toute notre vie pour qu’on nous prenne nos économies, ben merde, i manquerait plus que ça.

Les allumettes, c’est un truc, on dirait pas, mais faut y faire gaffe, parce que t’as vite fait de faire une bêtise, sans même t’en rendre compte. Et c’est p’têt ben ce qui a pu se passer, avec l’incendie.
Le foin, ça pardonne pas, la paille non plus. Et par chez nous, attention, c’est pas de la bâtisse avec des moellons de béton à la con, c’est tout bois et torchis. Le temps de glisser clopes et allumettes dans ma poche kangourou, ça fayait de tout les côtés. Ah ben merde, qu’on s’est dit avec Germaine, si c’est pas malheureux ! On avait plus eu qu’à prévenir l’assureur que la ferme venait de brûler.

Des trucs pas très nets que le syndicat avait faits, malversations et compagnie, c’est pas ce qui manquait. Te casse pas m’avait dit Antoine quèques années en arrière, ton exploitation, sûr qu’on va lui donner de la valeur. Après le sinistre, les gars de l’assurance avaient bien un peu tiqué, mais on avait fini par s’arranger. Te tracasse pas, m’avait dit Antoine, je connais leurs combines et avec toutes les malversations qui les ont engraissés, dans pas une semaine t’es remboursé rubis sur l’ongle. Tu veux combien ?

Dans pas huit jours, je reprends le tortillard, direction la Suisse, un joli chèque en poche plus quèques espèces, et attention, pas de celles qui font diling diling. Et notre pognon à Germaine et à moi, le Hollande, il peut s’asseoir dessus.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, élections présidentielles, citoyenneté, humeurs, littérature, nouvelles, contes, plouf!, société, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.