Fin du monde N° 2012212

Avec la fin du monde, c’est toujours la même chose : on croit avoir tout vu, et vlan, va te faire voir, parce qu’elle est suivie de sa fin. La fin de la fin du monde. Non mais, vous vous rendez compte ? Je dis ça, mais ça m’étonnerait bigrement que vous compreniez, déjà que moi, quand il est question d’essayer de comprendre, je trouve que c’est hors limites.
Garanti que c’est pas des sornettes, ce que je dis. Ouais, y’en a qui se gêneraient pas de dire des trucs du genre que c’est pas possible la fin de la fin du monde puisque après la fin du monde y’a plus rien puisque justement c’est la fin du monde, je veux dire c’était la fin, ce qui est pire, parce qu’elle est passée, donc finie, et gna gna gna. Hé ben désolé, mon p’tit monsieur ou ma petite dame, après tout j’en sais fichtre rien de votre genre et m’en contrefiche, mais on me la fait pas, parce que des fins du monde, je peux vous dire que c’est pas le genre de truc que j’ai jamais vécu, ah ça non. Chacune avec sa fin. De toute façon, on n’y peut rien, c’est tout livré ensemble. Ca doit venir d’Ecosse. Un kilt qu’on appelle ça, je veux dire là-bas, en Ecosse, le pays des petits pois. Un gros paquet où il y a les deux : une fin du monde et une fin de fin du monde. Tu ouvres et c’est tout ; des fois c’est même pré-ouvert. Ce mot-là, kilt, on le dit aussi chez nous depuis quelques temps, ou kit, je sais pas.
Sur commande, ils font aussi dans le début de monde, mais j’en ai jamais acheté, vu que tu as pas sitôt réussi à y monter et à y faire marcher, que c’est sitôt la fin du monde. Tu peux dire « zut, déjà« , mais ça sert strictement à rien. C’est en kilt aussi, comme chez Ikéa, que je savais pas qu’en Suède aussi on faisait dans le kilt.

Le début de monde, je peux pas en parler pareil, pour raison que j’en ai jamais monté directement. Enfin si, une fois, avec un copain, mais c’est lui qui avait presque tout fait. En fait j’avais juste eu à ouvrir le colis. Prends  quand même pas tout ton temps, il m’avait dit en me montrant la colonne de livreurs qui attendaient de faire leur livraison. Faut dire que, mine de rien, le temps de vérifier l’état des colis, de signer le récepissé et de boire un coup, eh bien justement ça prend du temps. Les mondes ça arrête pas de se créer, avec leurs fins et leurs débuts, leur fin de fin, leurs débuts de la fin et le contraire.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans nouvelles, contes, réflexions, religions, idéologies, croyances, Uncategorized, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Fin du monde N° 2012212

  1. Debbie Stucket dit :

    Ouais, dans les kits de début de monde, il manque toujours un truc…une pièce oubliée par le préparateur, une vis, un trou mal fait… Dans celui de l’humanité qu’a été livré y’a 100 000 ans, il manquait pas mal de choses, par exemple la paix et l’égalité… Ouais, j’espère que le kit de début de monde qu’on recevra apres Décembre 2012 sera un peu plus complet…

    • Le problème, car c’en est un, c’est que le chef du service achat, responsable des commandes, est un brin autiste. Quand je dis un brin, je parle d’un brin de baobab, pas d’un brin de muguet. Quant au cahier des charges, je vous le demande, qui en vérifie les tenants, les aboutissants, les tenons et les mortaises ? Les trucs qui devraient s’imbriquer n’y parviennent qu’à force d’huile de lavande, la meilleure pour les armes, et les responsables mettent quoi ? je vous le pose en mille… de l’huile de vie d’ange. N’importe quoi. Ce qui fait qu’on se retrouve, comme vous le signalez, avec des pièces oubliées dans une escarcelle bourrée de trous, véritables tonneaux des Adélaïdes par lesquels disparaissent dans la nuit d’étang lesdites pièces que la rouille a vite fait de déliter, c’est ainsi et c’est bien dommage. Ne parlons pas des vices sans fin, des écrous sans jugement et des clous pour toute alimentation, même pas bio, c’est dégradant.
      La paix et l’égalité dans ce magmatique fatras ? Allons, allons, et pourquoi pas la fraternité ?
      Ne nous restent que les rêves, mais va faire de beaux rêves quand l’estomac est plus vide que le néant.
      Flemme ou rhumatismes articulaires, le Grand Préparateur fait mal son boulot, on le sait. Serait peut-être temps de le licencier.

Les commentaires sont fermés.