Je reviens

Pris par d’insignifiantes occupations, telles que de vagues problèmes de santé qui m’ont fait connaître les indicibles joies de l’hospitalisation et celles extatiques de cette révélation qui fait accepter l’idée qu’on est bien peu de choses, j’ai dû mettre mes écrits entre parenthèses, ce que d’aucuns n’auront eu cure de regretter. Forcé par le destin à ne plus mettre mes forces dans des activités faisant appel à trop d’efforts physiques (tels que taper le carton d’une main en levant le coude d’une autre afin de porter aux lèvres le contenu d’un nectar alcoolisé, viatique que m’a conseillé le corps médical pour redonner un coup de fouet à mes artères… et autres tâches enrichissantes), j’en ai profité pour refondre mes quelques anciens sites internet en un seul dont l’esthétique, le fin contenant et le profond contenu en confondront plus d’un : L’univers déjanté et créatif de Pierre CJ Vaissiere.
Attentif à ce que vous ne restiez sur votre fin faim, je vous en livre l’URL : < http://www.pierrevaissiere.fr >.
J’en ai profité pour créer une newsletter (une feuille de chou, si vous préférez) à laquelle je ne peux que vous recommander de vous abonner. J’attire votre attention sur le fait que les 50 000 premiers abonnés auront le privilège de pouvoir écrire une histoire sur le Chat (au feutre indélébile pour éviter que la première pluie ne la dissolve ou que le bestiau, par excès de propreté, ne l’efface à force de toilettes), à raison d’une phrase par personne, le texte devant faire appel au jeu du Cadavre exquis.

Trop longtemps contenue, ma verve va reprendre son cours, et rien ne dit qu’elle ne quittera pas son lit, comme je viens moi-même de le quitter. Nom de dieu, quelle sièste !.

À tout bientôt, donc, pour de nouvelles aventures, et un grand merci aux 2 ( ! ) nombreuses personnes qui m’ont soutenu pendant cette épreuve qu’une volonté farouche et un travail acharné m’ont permis de franchir plus aisément que celle du Brevet élémentaire à laquelle, ignorant le vent et les courants, j’avais lamentablement échoué malgré mes nombreuses (4) tentatives et malgré les jambons crus entiers, les Reblochon, les pots de confiture, les cartons de pinard, les cigares et la photo de ma sœur la moins farouche (avec son numéro de téléphone), celle qui (se) fait le zouave… offerts aux surveillants et examinateurs dont j’avais obtenu les noms grâce à d’habiles tractations avec une des secrétaires de l’académie (qui n’en était pourvue que d’une médiocre : ce qu’il faut faire de sacrifices et pour rien).

Pierre CJ Vaissière

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.