Dieu et Jésus existent-ils ?

Moi, que le bon dieu existe, je veux bien. Puis il a quand même bien le droit de vivre comme tout le monde, non ? Mais s’il n’existait pas, ce ne serait pas plus mal, et on arrêterait de se poser des questions du genre Dieu existe-t-il ? Ou de se turlupiner à propos du sexe des anges. Ou de se gratter la tête pour savoir s’il porte la barbe, s’il se nourrit (et de quoi) et s’il va à la selle.
 Qu’il y en ait qui pensent, parce qu’ils y croient, qu’Il existe, ça ne me gêne pas plus que ça, et moins que de savoir qu’il y en a qui pensent que je n’existe pas, d’autant qu’ils n’ont peut-être pas complètement tort, même si cela n’est peut-être qu’une croyance. Et ça ne me dérange pas plus de savoir qu’il y en a qui s’imaginent qu’Il n’existe pas. De toute façon, on n’en sait rien et on a aucune preuve.
Que le bon dieu ait existé, je peux l’imaginer, comme je peux imaginer qu’après avoir bien vécu sa vie de dieu, atteint par la limite d’âge, il a été rétrogradé, cessant d’être Dieu. Les retraités, ça n’est pas un mythe, et il y a peu de raisons que Dieu ne l’ait pas été à un moment donné, surtout avec tout le boulot qu’il a abattu durant sa vie. Un damné travailleur, le bon dieu. Et va savoir si sa retraite, perclus de rhumatismes, il ne l’a pas passée cloué dans un fauteuil même pas roulant, la roue ayant été inventée par les Chinois, pas vraiment le genre à croire en Dieu –je parle du vrai Dieu, attention ! le nôtre, quoi–, et sans doute des lustres avant que Dieu ne meurre d’une crise cardiaque ou plus sûrement d’un AVC provoqué par le comportement méchant des hommes qu’il a faits à son image, preuve que sa gentillesse proverbiale est un tantinet exagérée.
Après, se pose la question de savoir où Dieu a été enterré. Question qui ne présente un intérêt que si on admet qu’il a réellement vécu, ce dont on a aucune preuve ; mais admettons. Dans un cimetière ? Au paradis ? Celui sur terre ou celui du firmament ? Et qu’est-ce qui dit qu’il a été enterré ? Qu’est-ce qui empêcherait qu’on lui ait mis le feu, avec l’aide du Saint Esprit et de ses langues de feu, par exemple, qu’il ait brûlé corps et âme et ait été réduit à l’état de cendre et de poussière comme tout un chacun, si tout un chacun se fait incinérer. Il aurait pu être immergé ? Pourquoi pas. Enterré, incinéré, immergé, je veux bien, mais par qui ? Son fils ? Pourquoi pas, à une première condition qu’il ait été vivant à la mort de son père et à une seconde qu’il ait été en âge de le faire. Cependant encore faut-il que son fils, donc Jésus, ait lui-même existé. Jésus Christ. Et m’est avis que, au vu de l’état civil de ce dernier, rien n’est moins sûr. Je ne veux rien trop dire, mais Christ, c’est quand même un drôle de nom, à mon avis pas très catholique.
Mais je veux bien : admettons que le Jésus en question ait existé. Après tout, qu’il ait eu envie de venir au monde comme n’importe qui, c’est son droit, comme ça aurait pu être le mien de ne pas naître si j’y avais pensé avant. Et personne ne pourra dire le contraire.
Bon, c’est admis : Jésus Christ a existé. Ce qui, à mon humble avis, n’est pas la meilleure idée qu’il ait eue. Cela prouve-t-il pour autant que Dieu ait existé, voire existe encore ?
Je n’en sais fichtre rien. Et vous ?

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans allégorie, philosophie, religions, idéologies, croyances, vivre et mourir, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.