Le mariage homosexuel est-il contre nature ?

Le mariage des homos, mouais, après tout pourquoi pas ? Mais seulement s’ils sont du même sexe ; sinon, c’est vraiment dégoûtant et indigne. Union contre nature ? Allons, allons, et celle d’Adam et Ève, elle n’est pas contre nature ? Si je me rappelle bien, Ève n’aurait-elle pas été engendrée à partir d’un morceau d’Adam ? Une côte ? Laissez-moi rire. Quant aux deux moutards qu’ils ont eus, qu’on ne me dise pas que le saint esprit y aurait été pour quelque chose. Marie et Joseph, ah, Marie et Joseph… C’en est-y pas une, d’union contre nature ? Vous donneriez votre fille à un vieux débris plein de sciure et de copeaux ?
Mariage homo. Moi je ne suis pas contre, surtout si on considère qu’il y a pire et que, question unions contre nature,  ce ne sont pas les exemples qui manquent. Des mariages réussis et qui, à défaut d’être heureux, ont duré plus longtemps que la virginité de ma petite sœur (celle qui bat le beurre après avoir battu la campagne pour s’affranchir). Mariages acceptés par tous, et plus encore, reconnus, parfois même encensés.
Quelques exemples au hasard ; je parle de celui qui fait bien les choses : citons d’abord ce mariage incontournable, qu’avant que le pinard existe chacun aurait taxé d’improbable : celui du claquos et du pinard, union qu’on ne peut que reconnaître comme étant réussie. Leurs progénitures ? De magnifiques éructations aux sons enchanteurs allant parfois, si le vin est une piquette, à de splendides lâchers de renards aux harmonieuses couleurs d’automne.
Dans la même catégorie, citons le mariage du saucisson et de la brioche, plus connu sous le nom de saucisson brioché. Les Lyonnais, pourtant de sacrés conservateurs et cathos impénitents (n’abritèrent-ils pas le Pape et sa cour au XIIIe siècle lorsque l’empereur lui cherchait des poux ?), loins de cracher dessus seraient à deux doigts de le sanctifier. Ce dont ils ne se privent pas pour peu qu’ils puissent s’envoyer, entre Saône et Rhône, un gorgeon de Beaujolais, la troisième rivière locale, par derrière la cravate.
Bleck et Dackar, Grault et Mirllau, Titou et Milin, Bibi et Fricotin, Hystérix et Grobélix, Sambre et Meuse, le Loir et le Cher, la rose et le réséda, Saint-Pierre et Miquelon, Laurel et Hardy, Cheauffato et Myrau, Bognail et Jarfon, Voylleri et Chob, Bung et Olafsen… Certes, il arrive que quelques unions hors nature se terminent en eau de boudin, comme pour le Rouge et le Noir ou le sabre et le goupillon, mais sans doute pas plus que celles admises par Vatican 1, 2, 3, j’en passe et des meilleures, etc.
Le mariage des homos, c’est de la bibine, de la fleurette pour handicapés de la comprenaille. Horreur, malheur et putréfaction entends-je hurler ces censeurs qui se tripotent en se disant que, nom de dieu, tout compte fait, si seulement, si on osait et si ma tante en avait… Tristes sires au teint jaunâtre d’un cierge d’église qui mériterait mieux, ils vilipendent les homos désireux de se passer la bague au doigt, tout en brandissant sabre et goupillon, secouant rageusement ce dernier dans l’espoir d’atteindre l’orgasme.
Le mariage homo, une union contre nature, tu parles ! Comme si le mariage était naturel… S’il est quelque chose contre nature, c’est bien ces culs serrés qui édictent les préceptes religieux pour asseoir leur pouvoir de pacotille et asservir les clampins au nom d’un dieu autant transi que bidon.
L’union du hérisson et du ver à soie est contre nature ? Ok, supposons que ce soit le cas. Mais sans ce mariage contre nature, le fil de fer barbelé existerait-il ?

Aussi, et à moins d’être d’humeur maussade, ne jetons pas la pierre sur les mariages gais

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, famille, parents, enfants, humour (décalé), moeurs, obscurantisme, intolérance, religions, idéologies, croyances, société, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.