Des élections anticipées en 2013 ?

Vaguement d’origine bougeoise par la grand-mère du voisin de palier de ma bonne qui vit dans les beaux quartiers, et d’origine prolétarienne par une filiation dont je ne suis pas sûr d’avoir compris toute la complexité, sauf qu’il y est question des cocos, comme ça se dit encore dans certains départements d’outremer où se balancent mollement  des palmiers, mais dont je tairai le nom pour ne pas blesser les primitifs qui y résident et qui sont restés un rien primaires, je n’en suis pas moins un citoyen digne de ce nom. Je suis depuis lontemps membre d’un parti politique –le meilleur, car le plus à même de gouverner, d’autant que j’ai largement participé à sa création– et, à la demande de nombreux sympathisants, j’ai accepté de me présenter à l’élection qui désignera le chef du parti, donc moi, comme me l’ont assuré les sondages qui donnent mon concurrent vainqueur haut la main. Les sondages se plantent toujours, je le sais comme tout un chacun, et j’attends qui me contredira. Et même s’il leur arrive d’annoncer des résultats proches de la réalité, leur imprécision est effarante : car comment donner prêter foi à de tels pronostics lorsque sont annoncés des 48,5% alors que le moindre sérieux et la moindre probité devraient amener les instituts de sondage à comptabiliser non pas en pourcentages, mais en dix-millièmes. Annoncer un résultat de 48,5%, passe encore s’il y a 200 électeurs, mais pas si plus de 100 000 personnes ont glissé un bulletin de vote dans l’urne.
 Après avoir éliminé les candidats de seconde zone, nous sommes aujourd’hui deux à rester en lice : moi et mon adversaire à qui je compte bien faire mordre la poussière, ce qui ne devrait pas être bien difficile dans la mesure où les adhérents de base les plus musclés intellectuellement, moyennant quelques promesses de cadeaux, m’assurent d’un soutien indéflectible. Les postes qui satisfont les lêche-bottes ne manquent pas, et la liste de ceux qui bénéficieront de quelque privilège est d’ores et déjà dressée, à l’abri dans un coffre, à côté des quelques subsides versés “pour mes bonnes œuvres” par de sympathiques sympathisants généreux donateurs. Sauver la France a un coût.
 Mon adversaire. Parlons-en ! Un con ! Pas un vieux con, mais un de la pire espèce, car jeune, moulé comme un étron dans une grande école et dans le giron d’une mère par avance admirative des conneries que son rejeton ne manquerait pas de faire, et d’un père illuminé qui, à l’instant de la délivrance, découvrant le petit crâne en forme d’œuf cabossé du bébé vagissant, lui a alors déclaré : « Tu seras un homme, mon fils ». Une évidence que le moutard déjà bouffi d’orgueil a prise pour l’annonce d’un destin hors pair. Je ne parlerai ni de son enfance, ni de son adolescence, l’une et l’autre n’étant pas encore achevées, ce qui arrive généralement aux prétentieux que leur défaut porte à l’immaturité. Un prétentieux qui se la joue intello avec ses airs inspirés, plus son sourire faux derche annonciateur du mauvais coup qu’il est en train de  concocter. Une chose cependant qui le dessert, et grand bien lui fasse, c’est son manque de classe. Car ce n’est pas pour me vanter, mais autant je fais lord anglais, autant il fait petit boutiquier de quartier. Je le verrais tout à fait vendre des chemises, à la rigueur des sacs à main…
Mais méfiance. D’autant plus qu’il a des appuis, le bougre. Des appuis donnant-donnant. Ceci dit, moi aussi.
 Si jamais il avait plus de voix que moi ? Pas possible. Ou c’est qu’il aurait triché encore plus que ma pomme. Je sais c’est un roublard et un sacré baratineur, mais question finesse, ça n’est pas ça. Non, j’ai confiance, je vais te le baiser tranquillement avec ce flegme très british qui me caractérise, merde alors !
Si on était à égalité ?
Faudrait déjà qu’il y ait un nombre pair d’électeurs. Et vu le nombre de votants, c’est statistiquement impossible, ça ne s’est jamais vu. Si quand même c’était serré au poil de cul près ? C’est qu’il aurait magouillé, qu’il aurait fait voter à la louche, qu’il aurait fait voter des morts, des nouveaux-nés, des handicapés de la citoyenneté, des métèques et des animaux de compagnie. Les sondages ont été clairs en le donnant gagnant, preuve évidente que je ne peux que gagner.
Si jamais il se déclarait vainqueur ? Ce serait la guerre. Et si jamais je ne la gagnais pas, il en prendrait quand même plein la gueule, et lui non plus ne la gagnerait pas. Deux vaincus valent mieux que deux vainqueurs.
Le parti ? Je n’en ai rien à faire du parti. Ce que je veux, c’est en être le président. Point barre.
Dans quel but éclairé ? Allons, allons… Pour sauver le pays lors des prochaines élections présidentielles qui, m’est avis, avec la bande de branquignoles qui est aux commandes de notre pays qu’ils défigurent, ne devraient pas tarder. Les postes clés sont d’ores et déjà pourvus ; le soutien des grands financiers et de ceux qui tiennent d’une main de fer l’économie m’est acquis ; j’ai les médias dans la poche ; les tractations avec l’Église sont en bonne voie et sa hiérarchie est ouverte à mes généreuses propositions ; enfin, moyennant les privilèges que je me suis engagé à accorder aux privilégiés, nul doute que ceux-ci m’apporteront un soutien inconditionnel.
Son destin entre mes mains, c’est désormais un avenir glorieux qui m’attend attend la France.
En cette nouvelle année 2013 qui se profile, j’appelle donc au renversement de ce gouvernement qui me nous conduit à la faillite, puis à des élections anticipées auxquelles j’exhorte chacun à voter pour moi s’il ne veut pas avoir d’embrouilles lorsque j’aurai été élu.
Meilleurs vœux, et vive la France.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans affaires, commerce, activités, élections présidentielles, éthique, médias, télévision, politique, économie, société, voeux, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Des élections anticipées en 2013 ?

  1. blog dit :

    I like this blog it’s a master piece! Glad I found this on google.

Les commentaires sont fermés.