Les armes de la révolte

J’al vouté Moursi, marci bien, j’la eu dans le cou, marci bien, l’armi al a viré Moursi, marci beaucul, mais li charougnards pas partis, ils attendent et guettent le bon moment où ils pourront charogner.
De chez moi où c’est que j’y ai vu à la télé, tout ça qui s’est passé là-bas qu’est pas mon pays, mais qui aurait pu l’être si j’y étais né, je buvais la bière pendant que d’autres ils la préparaient, mais je suis pas sûr qu’ils en fabriquaient assez, à cause que du bois, y’en a pas trop par là-bas. J’a mangé ce midi. J’a mangé hier le soir. J’a mangé les jours d’avant, et pit-être j’a mangera aussi demain et après. J’a bien dormi cette nuit et l’autre d’avant aussi, même que le ronronnement de la télé il m’a pas empêché de dormir plus que ça. Les infos, à cause que ça tourne en rond d’une heure l’autre, d’une année l’autre, ça berce mollement. Tu crois que ça change ou que ça va changer, mais c’est que ce que tu crois.
L’Égypte, c’est comme ici, mais en plus loin, comme la Syrie où les bières coulent à flot dans l’Euphrate, à cause que les cercueils, faut pas s’y connaître pour croire que ça craint pas les balles, surtout que l’ouvrage vite fait, c’est pas du bien fait.
Tout à l’heure, j’emmène les gamins au lac, je dis un lac, mais c’est rien qu’un petit étang, c’est pareil pour y faire voguer les petits bateaux qu’ils ont fabriqués. Faites-y en liège, que je leur ai dit. Alors j’ai ouvert quèques bouteilles, on en trouve dessus, du liège, pas que du rouge, mais aussi du cidre. Du liège, j’en avais même en bouchon, qu’on avait bu de la Clairette avec les copains. Mes copains, je sais pas si c’est des Roms, mais ils chantent pareil que les Roms quand on les mène au poste. C’est juste pour vérifier que c’est bien des Roms, on leur tape un peut dessus, et quand on est sûr que c’est pas des Roms, on a plus qu’à les traiter de bougnoules, ça fait pareil.
Le liège, c’est pour que si ça reçoit des balles, ça a beau être troué, ça coule pas. Alors les p’tiots, ils ont fait leur barcasse, et voguent les navires. C’est moi le capitaine, qu’il dit, le plus grand.
C’est comme ça les gosses, ça a pas la conscience. Le capitaine, c’est moi, que je leur dis, et c’est vrai, pour preuve qu’à la gendarmerie, on me dit capitaine. Je l’ai jamais été, mais je le suis depuis que je me conduis comme. Au doigt et à l’œil, qu’on m’obéit. Moursi, y’en a un qui m’appelle. Je te lui ai collé 15 jours, parce que faut pas déconner avec les limites. Tu les franchis, et boum, y’avait une mine. Les gens, ils savent pas que le terrain est miné.
Avec les p’tiots on a fait des photos. Rien qu’à les voir fiers et tout, ça fera p’tête pas dans la marine ou dans l’aviation, mais ça fera du militaire, sinon de la police, comme papa. Police ou gendarmerie, ça me préoccupe pas. On y a passé sur la télé, une bière chacun, je leur ai dit, pas deux, sauf pour moi, on est pas capitaine pour rien. Les potes, finalement, je les ai relâchés. Relaxés, un idiot m’a rectifié, que moi je le rectifierai si j’étais son supérieur. C’est pas si grave que ça, j’ai dit au commandant, à côté de ce qui se passe ailleurs. Il a opiné. Alors pour être sûr qu’il a pas fait le semblant d’opiner, j’ai allumé la télé. La télé, on l’a touchée en même temps qu’un téléphone qu’on peut porter et que 10 litres d’essence pour la 4L, que du coup, elle pourra pas finir de rouiller tranquillement. C’était l’heure du Journal, la même que celle de l’apéro. On a regardé le premier et descendu le deuxième. La force, y’a que ça de vrai, a déclaré le commandant. Oui, j’ai répondu, y’a que ça de vrai. La force armée, il a repris. Oui, j’ai répondu, la force armée. Et si qu’on faisait pareil ici, je lui ai dit. D’accord, il m’a répondu, dès qu’on aura des armes.

Du coup j’ai posé un congé, sans les gamins, on sait jamais. Je suis parti en Égypte en passant par la Syrie, c’est pas si loin. Ces cons de Syriens, faut pas compter sur nous, ils m’ont dit, à cause que les armes, on en a encore besoin. Je suis pas resté, pour quoi faire ? En Égypte, je me suis dit, ils en ont plus besoin, pis avec l’armée qui en est bourrée, sûr qu’ils en ont pas besoin, des armes. Et bien détrompe-toi. Vive Moursi, qu’ils gueulaient, les gars où je suis tombé. Tes frères sont avec toi, qu’ils gueulaient encore plus fort. Aux armes citoyens, ou un truc comme ça, il y en a qui chantaient, c’était à n’y rien comprendre parce que c’était pas dans la même langue. Bref, les armes, ils m’ont dit, on se les garde, que l’armée elle va s’en prendre plein la gueule.
Après, on a bu le pot de l’amitié, du thé. C’est pas pour vous offenser, je leur ai suggéré, mais je serais pas contre une bière, bien fraîche. Sers-toi, qu’ils m’ont dit, en me montrant un énorme tas de bois et de planches mal rabotées.
Puis on a cassé une graine d’enfer sous le portrait de Moursi, qu’il y en a qui passaient leur temps à lui rouler des pelles, pas moi, à cause des limites. Des sacrés gaillards, les gars, que pour un peu ils m’auraient tiré la gueule,à cause que le viol, c’est pas ma tasse de thé. Mais on sait se tenir ou pas, alors j’y suis juste allé un peu, un tout petit peu, quèques centimètres, pas plus, sous les hourrah et autres Allah est grand de mes hôtes.

Et les armes, m’a demandé le commandant. Bredouille, je lui ai dit. Mais on m’a donné des adresses par ici. Bah, ça attendra bien encore un peu, il m’a dit. On est encore trop de cons de pantouflards pour se les bouger.
J’al ouvert deux bières du pack de Mort Subite, j’al allumé la tili. Les infos, y’en avait que pour la place Tahrir. Mais qu’est-ce qu’ils s’imaginent, ces naïfs, a dit un gars qu’était interviewé à propos de ce qui se passe là-bas, en Égypte ou un truc pareil. Un gars qu’avait l’air de s’y connaître, mais on sait jamais, avec ces gugus de la politique. Une autre, m’a dit le commandant, c’est aussi le chef.
Après, on a regardé Les anges de la téléréalité. Et qu’on me croie ou pas, y’avait pas plus d’Égyptien que de Syrien.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, Egypte, Syrie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.