Un voyage dans le temps

J’ai fait un voyage dans le temps. Avant de partir, j’ai pris la précaution de briser toutes les montres, pendules et horloges de la planète (ce qui m’a pris un bon bout de temps), après avoir brûlé tous les éphémérides, calendriers, agendas et autres pense-bête que je savais ne plus pouvoir m’être d’une quelconque utilité. Une fois réduits en miettes microscopiques les miroirs qui renvoient aux rides, ces terribles marqueurs du temps passé, j’ai ordonné à mon cœur d’arrêter de battre le rythme, en même temps que je me suis fait désintégrer par l’entremise d’une bombe sur laquelle je m’étais consciencieusement et confortablement assis. Le détonateur réglé sur 12h pétantes, j’ai profité des quelques minutes qu’il me restait à vivre pour me faire une injection de Penthotal. Sans avoir éprouvé le besoin, pour la première fois de mon existence, de stériliser la seringue. Pas plus que je n’ai ressenti son souffle je n’ai entendu le boum de l’explosion. Ô la belle rouge, se seront peut-être exclamé quelques spectateurs de hasard.
Un poil de petite seconde avant que je sois expédié je ne sais quand, pas plus qu’en quel temps, je me suis rendu compte, mais trop tard, que j’avais totalement oublié de gommer ma mémoire.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans carnets de voyages, fantastique, métaphore, temps qui passe, voyages, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.