« Je suis Charlie » : de l’émotion à faire perdre la raison

À propos des actes de terrorisme, notamment ceux de janvier 2015, et des manifestations “Je suis Charlie” qui ont suivi.

Que d’émotion ! Que de larmes versées parfois par de navrants crocodiles, et combien d’autres retenues par des personnes touchées dans leur chair, que la pudeur ou un mauvais fonctionnement des glandes lacrymales empêchaient de couler. Que de tristesse dans les visages de ces gens comme étonnamment réjouis
Réjouis de quoi ? De se lever ensemble pour dire non aux empêcheurs de s’exprimer comme on l’entend ? De baguenauder confortablement en faisant montre de résistance, sans risque, face aux terroristes absents de cette parfois liesse populaire ? D’être simplement là, à la manif, pour pouvoir dire qu’ils y étaient –eux–, et que, sans eux, c’en serait fini de la république et de son bref et utopique triptyque –liberté, égalité, fraternité– dont la dorure a perdu de son éclat ? Ou pour toute autre raison que, rien ne m’autorisant à juger, je pourrais tout aussi bien m’autoriser à juger et dénoncer, le tout venant n’ayant pas plus le droit à l’intolérance que je n’y aurais droit.
Quelle poignante émotion, que de grandeur d’âme dans ce partage de grand messe où personne, au final, ne pourrait ou ne voudrait prendre la part du fardeau que supportent, bien malgré elles, les victimes et leurs proches, celles d’ici occultant celles en masse de contrées* si lointaines que leurs cris se perdent dans notre indifférence de privilégiés.
Oui, les gens se sont levés, indignés, exaltés, emportés par l’émotion. Cette émotion qui a vite fait de conduire à la confusion et de faire perdre la raison. Dont nous avons grand besoin.


* Oeuvre Agissements de Boko Haram, des centaines de morts, voire des milliers, au Nigéria, notamment les 7 et 8 janvier.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, international, Je suis Charlie, Nigéria, terrorisme, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.