Une voie vers le terrorisme

S’imaginer qu’il n’y a plus grand chose à l’horizon mène à la désespérance. C’est la rançon que paient les sociétés développées. qui ont privilégié l’avoir au détriment de l’être.

L’individu a besoin de donner un sens à sa vie, quel que soit ce sens, raisonnable ou pas (qu’entend-t-on cependant par raisonnable ?), d’avoir un rôle quel qu’il soit, de servir quoi et à quoi que ce soit, d’être utile ou inutile (l’inutile utile, par ex., à qui souhaite détruire). C’est ce qui donne le sentiment d’exister, sentiment qui se passe de toute morale, quand bien même s’appuierait-il sur une morale. Les sociétés modernes et démocratiques ne savent pas répondre à l’attente, en ces termes, de tous les individus. Ceux qui sont dénués de ce sentiment (parce que il ne leur aurait pas été inculqué ou pour toute autre raison) se tournent alors vers ce qui leur donnera ce sentiment d’être, fut-il illusoire, et une reconnaissance, fut-elle utopique. On croira alors exister soit en consommant de l’info, de la drogue, du sexe, de l’Internet et ses réseaux sociaux; soit en adhérant à des courants de pensée se déclarant seuls dépositaires de la vérité : idéologies ou religions (Résistance ou Collaboration – Gauche ou Droite extrêmes – bien ou mal – etc.); soit encore à se mettre en quête de n’importe quelle réussite, fut-elle vaine, insensée et porteuse de mort, y-compris pour l’auteur de cette quête. On pourra alors devenir envieux, vindicatif, haineux,y compris contre les siens qu’on pourra éliminer sans état d’âme si cela permet d’assouvir ses besoins qu’on perçoit comme étant d’un intérêt supérieur. Une voie est alors ouverte à toute forme de terrorisme.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, idéologies, terrorisme, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.