Nous sommes façonnés par notre passé

Nous sommes le dernier chapitre, en cours d’écriture, d’un livre d’histoire. Plus ou moins bien inspirés par une “conscience” insaisissable en cours d’élaboration, nous avons été modelés par l’environnement géograhique, politique, socio-économique, ethnique, linguistique, et plus ou moins modélisés par nos parents, instructeurs et éducateurs (que nous ayons ou non pris le contre-pied de leurs enseignements). Finalement, nous ne sommes qu’un vague reflet de nous-mêmes, fut-il brillant.
Des engrammes inadaptés se faisant artefacts ont jeté le voile sur l’être que nous sommes ; notre quête consiste à le lever. D’où la nécessité de relire les chapitres de notre livre, d’en supprimer les pages qui ont pu nous convenir un temps, mais ne nous conviennent plus. Et de relier celles qui subsistent pour que notre récit tienne debout et ait un sens.
Nous aurons à inventer des pans de notre histoire, ceux que mites, champignons et autres parasites auront dévoré ; nous aurons à lutter contre cette partie de nous toujours prête à récupérer, d’une main (parce que “ça peut toujours servir”), ce que, de l’autre, elle a jeté aux ordures.

Partant de là, et si nous voulons  vivre au mieux notre vie, c’est à un travail de « reformatage » qu’il faut s’atteler. Suivre ce lien pour lire la suite.

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans psychologie, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.