Archives par mot-clef : frontière

Nomades, migrants, exilés, sédentaires, confort, sécurité, profit

Avec la mondialisation, les immigrations et exils aux causes multiples (politiques, économiques, climatiques…), un nouveau type de nomadisme se met en place, avec la toujours même attente : trouver mieux ailleurs. Le nouveau nomade s’engage dans une aventure, prend des risques, ce qui lui demande énergie, courage et implication. Son territoire est la Terre toute entière et la notion de frontières lui est étrangère. Mais lorsqu’il débarque dans un lieu hors de son lieu d’origine il devient l’étranger, “celui qui apporte du désordre”. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans environnement, obscurantisme, intolérance, petites gens, politique, économie, société | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Corée : Nuits chaudes au Pays du matin calme

La fin d’année pointant le bout de son nez, on s’apprête à faire la bombe en Corée. Des feux d’artifice devraient être tirés de part et d’autres de la frontière où affluent les réservations dans les postes d’observations du sud pour ce qui pourrait être un spectacle à couper le souffle. Des milliers de fusées pour l’émerveillement de tous, jeunes et vieux.

Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans gros goret, international, plouf! | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Hôpital psychiatrique : Fernande

Elle n’est pas la Fernande de Brassens. Elle ne fait bander personne. Sauf un des infirmiers, un garde chiourme, nervi au service des empêcheurs de vivre tel qu’on est. Ensemble nous n’avons parcouru ni le temps, ni l’espace, mais les chemins étroits et caillouteux qui mènent vers ce rien qu’elle s’amuse à confondre avec le tout, qui n’a ni texture, ni forme, ni couleur. Elle le nomme Murmure. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans allégorie, écrits libres, Folie, image, roman photo, les autres, littérature, sentiments, états d'âme | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 commentaires

Quand je serai mort

Quand je serai mort, j’écrirai. D’abord sur la vie puis, si j’ai bien compris ce que signifie être mort, sur la mort. Je dirai sans doute des bêtises, mais ça ne sera pas nouveau. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans allégorie, écrits libres, vivre et mourir | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire