Archives par mot-clef : psy

Pourquoi suis-je moi ?

Pourquoi suis-je moi ? Pourquoi sonmmes-nous nous ? Pourquoi êtes-vous vous ? Et pourquoi ne sommes-nous pas vous ? Une interogation métaphysique et existentielle qui amène à se dire qu’on est bien peu de chose, ma bonne dame. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publicités
Publié dans allégorie, humour (décalé), logorrhée, réflexions | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 commentaires

On nous cache tout, surtout à moi

On me cache tout, comme le fait qu’hier on était le 8 juin. Hier où, comme par enchantement ma pendule électrique pourtant âprement négociée auprès du meilleur fournisseur avait rendu l’âme. Ma mémoire étant défaillante, impossible de me rappeler quel jour on était le jour précédent. C’est en achetant le journal du 9 du même mois que j’ai compris que la veille on était le 8. Je dis on pour m’éviter de m’impliquer personnellement dans des histoires de dates, on ne sait jamais à quoi on s’expose avec des historiens tatillons. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans hermétisme, fumisterie, humour (décalé), religions, idéologies, croyances | Tagué , , , , , , , , , | 1 commentaire

Blogs et lectorat, blogs et lecteurs

Le sexe, ça attire du lectorat. Tu rajoutes un peu de machins pas très nets avec des trucs un peu salaces, tu gagnes à l’aise 10% de lecteurs. Tu mets une pincée de violence, tu rajoutes tranquille 20%. Encore mieux : le viol. D’après mes statistiques officielles, ton lectorat gonfle de 48%. Mais on est loin du nec plus ultra : le viol sur mineur(e), qui fait grimper le lectorat à plus de 69%. C’est dingue !
Bon, si t’as pas d’histoires avec des organes génitaux à te mettre sous la dent, pardon, la plume, tu peux t’en sortir quand même avec deux grands genres aussi littéraires l’un que l’autre : les trucs salopards, crapuleux, ignobles, dégueulasses, quoi, et les catastrophes. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans actualités, humour (décalé), médias, télévision, plouf!, société | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Perdre tout, oublier, égarer, perdre à tout…

Je perds tout, tout le temps. C’est terrible. Non seulement je perds tout, mais je perds à tout. Je perds à être connu. Je l’ignorais jusqu’à ce qu’un ami qui m’avait prêté sa voiture que j’avais perdue –et oui !– me l’apprenne. « Non mais tu te rends compte ? Ce coup-là, c’est bien la première fois qu’on me le fait. Je t’assure, tu gagnes rien à être connu, mais moi je perds à te connaître. Et tu penses faire quoi ? »
C’est en voulant appeler mon assureur que je me suis rendu compte que je ne savais pas ce que j’avais fait de mon téléphone portable. J’ai perdu patience, j’ai perdu ma femme, tout sens de la mesure… Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans allégorie, littérature, logorrhée, nouvelles, contes, réflexions | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 commentaires

Léo, un psy comme d’autres

En vrai, il est psy. Dans une institution psy. Un cabinet à lui, il avait bien essayé, mais faut pas tout mélanger. Lui il mélangeait tout, et je mâche mes mots. Léo c’est un escroc. C’est dans son cabinet qu’il a fait ses premières armes d’escroc. Mon pote Léo est une feignasse qui a peur de se mouiller. Aussi y a-t-il peu de chances que je le croise sur un môle un jour de tempête. Dommage, parce qu’alors je le balancerais à la flotte. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans écrits libres, Folie, gros goret, image, roman photo, plouf!, psy | Tagué , , , , , , , , , , , ,