Archives par mot-clef : vieux

Des farines animales pour tous

Pour quelles raisons suis-je pour cette réintroduction des farines animales, autrement acronymées PAT ?
Parce que c’est économiquement rentable, parce que tout le monde peut en profiter, parce que le stock de futurs cadavres est énorme, parce que c’est plus sain, et parce que c’est tout simplement délicieux. Sans compter que le circuit complet est plus bref qu’un pépin, plus court qu’une paille, et que chacun d’entre nous peut y jouer un rôle majeur. Actif et passif. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publicités
Publié dans actualités, Folie, gros goret, humour (décalé), santé | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Plage, bouteille à la mer et enfant

Peut-être qu’un jour, sur une plage… Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans allégorie, littérature, poésie, réflexions | Tagué , , , , , , , , , | 4 commentaires

Actualités

La vie s’écoule. Des mioches chantent à l’école. Un père file une énième baffe à son gamin. Une fille se fait femme pour la première fois. Un garçon s’étonne. Le chat de la voisine miaule. Les motos vrombissent. Le vent se calme. Un imbécile assassine. Des naïfs se font tuer.
L’horloge égrène les heures. Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans actualités, littérature, poésie | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 64 commentaires

Psychiatrie

Soignants : bourreaux-victimes ?
Si je me retrouve investi du rôle de soignant, mon empathie initiale (en supposant qu’il s’agisse vraiment d’empathie) est vite submergée par mes incapacités, mon énervement, mes peurs et mon besoin pressant de faire taire, d’une façon ou d’une autre, celui qui, face à moi, refuse d’obéir et me tient tête, comme je lui tiens tête avec mes propos incohérents, redondants et abusifs, à moins qu’ils ne soient lénifiants, moralistes et propres à mettre hors de lui le plus posé des moines bouddhistes…
…Malades : vitimes-bourreau ? Investi du rôle du malade, je me retrouve très vite confronté à un mur. Je coule, j’appelle au secours, je me débats mais la bouée qu’on m’expédie n’y fait rien : soit elle est inadaptée (recouverte de tessons de bouteilles, par exemple) et je ne veux la saisir, soit elle est si loin que je ne peux l’atteindre, soit elle me heurte le crâne pourtant déjà bien secoué, à ce qui en est dit.
…j’ai été atterré par la légèreté, la désinvolture, le niveau de certains actes et propos mais aussi par le manque d’intelligence de coeur (mais pas seulement) de certains soignants…
…Miroir d’une société devenue folle, cette unité psychiatrique que dépeint Ilan Klipper n’est pas un bateau qui fait route vers une destination clairement identifiée sur une mer tranquille, mais c’est une Nef des Fous… Lire la suite

Évaluez ceci :

Publié dans éthique, Folie, gros goret, médias, télévision, société | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 commentaires