Froid sibérien, édredon et grand-mère

— Tu as vu ça, Hollande, ce qu’il s’est pris dans la tronche ? Roulé dans la farine, le gars.
— Pas vraiment. Juste entarté de farine, ni beurre, ni margarine, ni œufs. Même pas de la pâte à tarte. Puis être roulé dans la farine, c’est autre chose. C’est quand on se fait avoir comme un bleu.
 — En tout cas c’est pas étonnant parce qu’il a une tête à ça, le François Hollande. Sarkozy, lui, ce qui lui pend au nez, c’est d’être roulé dans le goudron. Avec des plumes en plus, comme les tricheurs. 
— Bah, il n’est pas le seul à magouiller. Je dis pas qu’ils magouillent tous, et je dis pas le contraire, mais pour avoir le pouvoir, faut quand même bien  truander un minimum.
— Je l’imagine, le Sarko… C’est qu’il en faudrait pas beaucoup pour qu’il ressemble à un coq. Un vrai de vrai coq gaulois perché sur son tas de fumier. À faire de l’œil aux poulettes. Sarko emplumé, je vois ça d’ici.
— Moi ça me déplairait pas qu’on me roule dans les plumes, mais sans goudron. De toute façon, avec le prix du pétrole, j’ai pas les moyens . Oui, j’adorerais ça, des plumes. Après, on me roulerait dans des couvertures bien chaudes, puis encore dans des plumes, et encore dans des couvertures.  Au chaud, quoi, bien au chaud.
Ça me ferait comme l’édredon que me mettait ma grand-mère, quand j’étais gosse. Franchement, être grand, je m’en passerais. Rouge rose, qu’il était, l’édredon, et chaud douillet.
 Après, j’aimerais assez qu’une gentille fille, une femme, et pourquoi pas une grand-mère, une vraie qui fasse vieille, me tende un bon grog. Et je vais te dire que même une tisane ferait l’affaire. Elle s’assiérait  près de moi, tout près. Elle me tendrait quelque chose de bon, parce qu’elle sait ce que j’aime. Comme je serais sûrement malade parce qu’on n’a pas de quoi se chauffer, j’aurais de la fièvre. Alors elle me passerait sa main fraîche sur le front en me disant des choses qui font du bien. Ce serait tout doux, tout tendre. Si doux et si tendre que je ne voudrais plus rien d’autre que mourir avec ça. M’endormir, plutôt, avec ça comme rêve.
— Tu sais quoi ? Moi aussi, c’est tout pareil. On devrait s’en trouver une, de grand-mère. Je sais pas, on lui ferait les courses, par exemple. On lui monterait sa bouteile de gaz. C’est lourd ces putains de bouteilles. On pourrait aussi lui réparer des bricoles. On serait gentils avec elle et elle nous servirait une tisane. Oui, c’est ça, on serait gentils.
— Oui, mais je préférerais quand même un grog. Tu en as une, toi, de grand-mère ?

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans actualités, famille, parents, enfants, petites gens, poésie, sentiments, états d'âme, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.