Mémoire du passé et mémoire du futur

— Ah, mais c’est qu’il s’en est passé des choses, ces deux mois passés. Mais le passé, c’est le passé, comme on dit, et on va pas revenir dessus.
— Le passé, on peut jamais y revenir dessus. Et pire quand c’est qu’il est derrière nous. Que les choses elles se sont déjà déroulées, qu’elles ont eu lieu, quoi.
— Pas que les choses, les événements aussi.
— Les événements aussi. Et t’as fait quoi, ces deux mois ? Qu’on m’a dit que…
— Que des conneries, on t’a dit, que des conneries et des menteries. Et je sais de quoi je cause, puisque c’est moi qui y ai fait.
— T’as fait quoi ?
— C’est pas que je le dirais pas, c’est pas mon genre d’être taiseux, mais j’en sais plus trop rien, la mémoire…
— Moi je note tout, heure par heure et même plus. Mais le passé étant le passé, tu vois ce que je veux dire…
— J’avais aussi commencé à y faire, les notes et tout, sauf que j’avais oublié de noter qu’il fallait que je note tout. Du coup, j’ai oublié,
— Paraîtrait qu’on retient que ce qu’on veut retenir et que ce qu’on retient, c’est les trucs importants du passé ou d’ailleurs, mais pas du futur. La mémoire sélective, ils y appellent.
— Le futur ça peut pas se retenir à cause que c’est du conditionnel. Il faudrait pouvoir y avoir vécu, mais on peut pas avoir vécu quelque chose qui a pas eu lieu, et du coup qui a pas existé. Les seuls trucs du futur qu’on peut se rappeler, c’est ceux qui auraient déjà existé.
— Sauf qu’il faut pas que la mémoire te fasse un tour de cochon, sinon…

Publicités

A propos pierrevaissiere

On avait réussi à collecter une dizaine de mots qui parlent de l'olibrius qui écrit ces âneries, et voilà, ils se sont échappés. C'est pourtant pas faute de les avoir tenus en laisse.
Cet article, publié dans écrits libres, littérature, logorrhée, philosophie, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.